Alliages Co-Cr : données sanitaires et révolution réglementaire

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°7 - 24 février 2021
Information dentaire
Article analysé : Vaicelyte A, Janssen C, Le Borgne M, Grosgogeat B. From Cobalt–Chromium dental alloys : metal exposures, toxicological risks, CMR classification, and EU regulatory framework. Crystals 2020 ; 10 : 1151.

Les alliages dentaires se sont imposés pendant tout le XXe siècle comme le principal élément constitutif des infrastructures prothétiques. D’abord spécifiquement employés en prothèse amovible pour leurs qualités mécaniques particulièrement adaptées aux châssis de PAPIM*, les alliages cobalt-chrome (Co-Cr) se sont plus récemment largement développés en prothèse fixée comme alternative aux alliages nobles, devenus beaucoup trop coûteux, puis aux alliages nickel-chrome (Ni-Cr) compte tenu de la prévalence des allergies au nickel, par ailleurs classé comme potentiellement carcinogène dans les années 1990. Actuellement, les alliages Co-Cr sont, avec les alliages de titane, les seuls à être proposés à l’usinage ou à l’impression laser sélective (SLM).

Alors que les tendances plaident pour des biomatériaux de plus en plus biocompatibles, quels sont, de ce point de vue, la place et l’avenir des alliages Co-Cr au regard de leur toxicité potentielle, mais aussi des évolutions réglementaires ? C’est précisément ce que nous livrent les auteurs français de cette revue narrative parue dans un numéro spécial Co-Cr de Crystals, revue de matériaux. Ils expliquent d’abord qu’il s’agit d’alliages complexes incluant de multiples composants, mais dans lesquels le couple Co-Cr représente environ 80 % de l’alliage dans lequel le cobalt est largement majoritaire. D’où sa dénomination d’alliage cobalt-chrome (et non chrome-cobalt comme on l’entend trop souvent !). Si ces éléments métalliques jouent un rôle important dans le métabolisme humain, ils peuvent aussi être considérés comme toxiques sous certaines formes ioniques et au-delà de certains seuils. Bien que les alliages Co-Cr soient très résistants à la corrosion grâce à la « protection » d’une couche d’oxyde chrome très adhérente en surface, les conditions d’usage, dans le milieu buccal en particulier, des phénomènes de corrosion complexes…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasie orale et imiquimod

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Crête osseuse atrophiée et reconstruction pré-implantaire : greffe autogène ou xénogène

Depuis son avènement au début des années 80, l’implantologie moderne connaît un développement continu et exponentiel grâce à une meilleure...
Revue de presse

Quand l’alpinisme inspire l’orthodontie

L’objectif de cet article est de présenter, sous la forme d’un cas clinique, un nouveau dispositif d’ancrage postérieur mandibulaire par...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Presse internationale : rencontre avec les Drs Sylvie Lê, Sara Laurencin-Dalicieux et Charlotte Thomas

Article commenté Lê S, Laurencin-Dalicieux S, Minty M, Assoulant-Anduze J, Vinel A, Yanat N, Loubieres P, Azalbert V, Diemer S,...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Adhésifs universels, vieillissement et dégradations

Depuis le collage amélaire décrit par Buonocore en 1955 puis les premiers succès du collage dentinaire au tout début des...