Autoperception de l’esthétique de leur visage par des patients ayant différents profils, comparativement aux évaluations par des orthodontistes et des profanes

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Orthodontiste n°1 - 15 février 2021 (page 12)
Information dentaire
Volpato GH, de Almeida-Pedrin RR, Oltramari PVP, Freire Fernandes TM, de Almeida MR, de Castro Ferreira Conti AC. Self-perception of facial esthetics by patients with different profiles compared with assessments of orthodontists and lay people. Am J Orthod Dentofacial Orthop. 2020;158(6):840-8.

L’apparence du visage a une profonde influence sur l’attractivité et l’estime de soi. L’évaluation de l’esthétique fait partie de la routine des orthodontistes, non seulement lors du diagnostic mais aussi pendant et après le traitement orthodontique, car la plupart des patients recherchent un traitement orthodontique à des fins esthétiques, indépendamment de leur état fonctionnel. La compréhension du point de vue des patients par rapport aux résultats obtenus peut améliorer le point de vue des professionnels. Des études ont montré des différences significatives d’appréciation du profil facial et de l’apparence dentaire entre les patients et les orthodontistes.

Cette étude visait à évaluer la perception de l’esthétique faciale de patients présentant des profils différents, telle qu’évaluée par des orthodontistes, des profanes et des patients.

L’échantillon était composé de 120 patients (81 femmes, 39 hommes ; âge moyen 26,3 ans) sélectionnés dans des cabinets privés au début du traitement orthodontique. Les patients ont été divisés en trois groupes de 40 selon le type de profil facial. Les groupes étaient composés de profils droits, concaves et convexes, sur la base de l’angle de convexité faciale (G.Sn.Pog’) mesuré avec la ligne joignant les points glabelle, sous-nasal et pogonion cutané sur les tracés céphalométriques initiaux. Les patients n’ont analysé que leurs photographies de face (au repos et avec sourire) et de profil et ont évalué le caractère plaisant de ces images sur une échelle de Likert à cinq points.

Un groupe de 30 orthodontistes et 30 profanes a également évalué le caractère plaisant du visage des patients en utilisant la même échelle. Une analyse factorielle de la variance (convexité et sexe) a été utilisée pour évaluer les différences entre les convexités, et une analyse de la variance du modèle mixte (type d’évaluateur et sexe) pour comparer les…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Bruxisme et jeunes patients

En 2018, un consensus international est parvenu à définir le bruxisme de sommeil (i.e. BS ou SB pour sleeping bruxism)...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Gestion des patients atteints de maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes sous traitements immunosuppresseurs : une enquête des pratiques des chirurgiens-dentistes français

Contexte La fréquence des maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes (MICA) varie considérablement d’une population à l’autre, avec une prévalence dans...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Châssis de prothèse amovible : cobalt-chrome ou alliages de titane ?

En prothèse amovible à infra­structure métallique, les alliages Co-Cr constituent le matériau de choix par ses propriétés de résistance et...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasie orale et imiquimod

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Crête osseuse atrophiée et reconstruction pré-implantaire : greffe autogène ou xénogène

Depuis son avènement au début des années 80, l’implantologie moderne connaît un développement continu et exponentiel grâce à une meilleure...