Bridge collé mono-ailette : l’origine

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°37 - 27 octobre 2021 (page 8-9)
Information dentaire

Cette semaine, votre revue L’Information Dentaire consacre un dossier complet au bridge collé mono-ailette. Si ce concept est souvent attribué à l’enseignant-chercheur et clinicien allemand Matthias Kern, c’est en réalité aux Nord-Irlandais Hussey et Linden que nous devons la première publication posant les fondements scientifiques étayés en faveur du bridge collé en extension sur une seule ailette d’appui. C’est cette publication fondatrice de 1996 que nous avons choisi d’analyser cette semaine dans notre revue de presse.

Les deux auteurs y relatent tout d’abord plusieurs articles de type cas cliniques rapportés décrivant la construction d’un bridge collé en cantilever (Hopkins (1981) sur un concept de type bridge de Rochette, Kilpatrick (1994)), mais soulignent le fait qu’aucune étude scientifique n’a jusqu’alors évalué objectivement les performances cliniques de ce type de prothèse. Ils en font alors l’objectif de l’étude présentée qui porte sur 112 patients et 142 bridges collés mono-ailette céramo-métalliques sur infrastructure en alliage Ni-Cr. Toutes les prothèses sont réalisées au centre dentaire universitaire de Belfast, dont 116 (82 %) au maxillaire et 49 % concernant le remplacement d’une incisive latérale. Toutes sont collées avec le système PanaviaTM de Kuraray. La période de suivi est de 37,8 mois (+/- 17,2). Les critères évalués rapportés sont le taux d’incidence de décollement, le traitement consécutif au décollement et le niveau de satisfaction des patients. Les auteurs rapportent alors que 88 % de ces prothèses sont restées collées au-delà de la période d’étude et que seulement 6 % ont été en échec (impossibilité de recollage). Ils précisent que tous les décollements concernaient des bridges au maxillaire et que ceux remplaçant une incisive centrale étaient les plus concernés. De plus, la plupart des prothèses s’étant décollées plus d’une fois ont connu…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Bruxisme et jeunes patients

En 2018, un consensus international est parvenu à définir le bruxisme de sommeil (i.e. BS ou SB pour sleeping bruxism)...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Gestion des patients atteints de maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes sous traitements immunosuppresseurs : une enquête des pratiques des chirurgiens-dentistes français

Contexte La fréquence des maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes (MICA) varie considérablement d’une population à l’autre, avec une prévalence dans...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Châssis de prothèse amovible : cobalt-chrome ou alliages de titane ?

En prothèse amovible à infra­structure métallique, les alliages Co-Cr constituent le matériau de choix par ses propriétés de résistance et...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasie orale et imiquimod

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Crête osseuse atrophiée et reconstruction pré-implantaire : greffe autogène ou xénogène

Depuis son avènement au début des années 80, l’implantologie moderne connaît un développement continu et exponentiel grâce à une meilleure...