Bruxisme et jeunes patients

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°19 - 15 mai 2024
Information dentaire
Article analysé : Huynh N, Fabbro CD. Sleep bruxism in children and adolescents-A scoping review. J Oral Rehabil. 2024;51(1):103-9.

En 2018, un consensus international est parvenu à définir le bruxisme de sommeil (i.e. BS ou SB pour sleeping bruxism) comme une activité des muscles masticatoires durant le sommeil caractérisée comme rythmique (phasique) ou non-rythmique (tonique), et qui ne s’apparente pas à un trouble kinésique ou à un trouble du sommeil chez des individus par ailleurs en bonne santé. Les auteurs de l’article rapporté soulignent toutefois que si le BS n’est pas considéré comme un trouble pathologique, l’impact qu’il peut avoir sur la santé orale est incontestable. Mais leur principale remarque porte sur l’absence de différence entre le BS observé chez l’adulte et chez l’enfant dans cette définition alors qu’ils n’ont peut-être pas les mêmes caractéristiques. Ils nous proposent ainsi une revue de littérature pour mieux comprendre les éventuelles spécificités du bruxisme de sommeil chez l’enfant et l’adolescent à partir des publications des vingt dernières années recherchées dans la base de données Medline.

Sur les 366 articles identifiés, pas moins de 144 publications ont été analysées en intégralité pour cette revue. La première difficulté de synthèse, cause de variabilité des résultats, expliquée par les auteurs, concerne la pertinence du diagnostic positif du BS inclus dans les différentes études et qui, selon le mode d’évaluation appliqué, peut être qualifié de bruxisme « possible » (rapporté par le patient ou son entourage), « probable » (basé sur une évaluation clinique) ou « certain » (validé par une évaluation instrumentale objective). Ainsi, la prévalence d’un bruxisme de sommeil probable (basé sur le témoignage des parents plus au moins un symptôme clinique parmi lesquels : usure dentaire anormale, fatigue rapportée/douleur/inconfort à la mastication au réveil) est d’environ 48 % pour les enfants d’âge préscolaire, entre 10 % et 16 % chez les enfants…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Revue de presse

Lésions endo-parodontales et pronostic thérapeutique

Les lésions endo-parodontales sont caractérisées par une communication pathologique entre les tissus endodontiques et parodontaux donnant lieu à une expression...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Gestion des patients atteints de maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes sous traitements immunosuppresseurs : une enquête des pratiques des chirurgiens-dentistes français

Contexte La fréquence des maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes (MICA) varie considérablement d’une population à l’autre, avec une prévalence dans...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Châssis de prothèse amovible : cobalt-chrome ou alliages de titane ?

En prothèse amovible à infra­structure métallique, les alliages Co-Cr constituent le matériau de choix par ses propriétés de résistance et...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasie orale et imiquimod

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Crête osseuse atrophiée et reconstruction pré-implantaire : greffe autogène ou xénogène

Depuis son avènement au début des années 80, l’implantologie moderne connaît un développement continu et exponentiel grâce à une meilleure...