Carcinomes de la cavité orale sans facteurs de risque identifiés et vécu des patients concernés

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°19 - 11 mai 2022 (page 4-5)
Information dentaire
Article analysé
Deneuve S, Dentand L, Pannard M, Dupret-Bories A, Roux Pierre E, Nokovitch L, Renno T, Perol O, Virard F, Fervers B, Marie P . Oral cavity squamous cell carcinomas in patients with no identified risk factors : Feeling like an outsider. European Journal of Cancer Care 2002 ; 31 (2) : e13558.

Jeune praticien, je me suis toujours demandé si, lorsque je verrais une lésion buccale cancéreuse, je serais capable de la reconnaître et d’orienter convenablement mon patient afin de limiter toute perte de chance dans sa prise en charge. Ce doute fut dissipé lorsque j’ai rencontré chez un homme d’une cinquantaine d’années une lésion très différente des blessures ou ulcérations auxquelles nous sommes habitués. Sa lésion de bord de langue ulcéreuse, indurée et sanguinolente, aux contours indéterminés, qui plus est chez un patient à l’hygiène dentaire très délétère, visiblement gros fumeur et rapportant une consommation d’alcool régulière, répondait au tableau complet du carcinome buccal que j’avais appris en cours, et qui ne fut malheureusement pas démenti par la suite.

L’article rapporté bouleverse nos présomptions diagnostiques basées sur ce tableau très classique et nous révèle que certains carcinomes de la cavité buccale peuvent se développer en l’absence des facteurs de risques avérés au premier rang desquels l’alcool, le tabac et l’infection au virus HPV. Plus précisément, ses auteurs français se sont intéressés à la manière dont certains de ces patients ont vécu l’annonce et le traitement de ce cancer auquel, a priori, rien ne les prédisposait. Un entretien semi-structuré fut mené en 2020 sur un groupe de 20 de ces patients en rémission complète constitué de 18 femmes et de 2 hommes, avec un âge médian de 52 ans. On apprend sans surprise le choc émotionnel subi par ces patients, en particulier le contraste entre la relative discrétion des symptômes et les conséquences du traitement pour ce qui concerne la sévérité de la chirurgie de résection tumorale, l’éventuelle radiothérapie associée, puis les conséquences esthétiques et fonctionnelles au niveau de l’alimentation et de l’élocution. Plus intéressant, on découvre que chez ces patients sans facteur de risque évident…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Bruxisme et jeunes patients

En 2018, un consensus international est parvenu à définir le bruxisme de sommeil (i.e. BS ou SB pour sleeping bruxism)...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Gestion des patients atteints de maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes sous traitements immunosuppresseurs : une enquête des pratiques des chirurgiens-dentistes français

Contexte La fréquence des maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes (MICA) varie considérablement d’une population à l’autre, avec une prévalence dans...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Châssis de prothèse amovible : cobalt-chrome ou alliages de titane ?

En prothèse amovible à infra­structure métallique, les alliages Co-Cr constituent le matériau de choix par ses propriétés de résistance et...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasie orale et imiquimod

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Crête osseuse atrophiée et reconstruction pré-implantaire : greffe autogène ou xénogène

Depuis son avènement au début des années 80, l’implantologie moderne connaît un développement continu et exponentiel grâce à une meilleure...