Chirurgie conservatrice ou radicale dans les améloblastomes

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°7 - 21 février 2024
Information dentaire
Article analysé : Faqi Nurdiansyah Hendra , Diandra Sabrina Natsir Kalla , Ellen M Van Cann , Henrica C W de Vet, Marco N Helder, Tymour Forouzanfar. Radical vs conservative treatment of intraosseous ameloblastoma: Systematic review and meta-analysis. Oral Dis, 2019;25(7):1683-96.

Le but de cette étude était d’évaluer les résultats des thérapeutiques chirurgicales radicales et conservatrices des améloblastomes uni et multiloculaires et de comparer leur taux de récidive. Cette revue a été menée selon les recommandations PRISMA. La recherche a été faite à partir des bases de données Pubmed, Embase, SCOPUS et web of science entre 1969 et mars 2018. 1557 articles ont été identifiés après exclusion des duplicatas, et 1514 études ont été exclues à la lecture du titre et de l’abstract. 20 études ont été retenues.

L’améloblastome est une tumeur odontogénique épithéliale bénigne qui représente 1% de toutes les tumeurs et kystes des maxillaires. Cette tumeur apparaît en général entre 30 et 50 ans, et présente un taux important de récidive. Son siège de prédilection est la mandibule, notamment les secteurs postérieurs. Plus de 2/3 des améloblastomes sont liés à une mutation du gène BRAF V600E (impliqué dans la voie de signalisation protéine Kinase).

L’OMS a redéfini en 2022 la classification des tumeurs odontogènes [1]. Les améloblastomes se répartissent en :

  • améloblastome conventionnel ou multi­loculaire (le plus fréquent, entre 80% et 90%) ;
  • améloblastome uniloculaire ;
  • améloblastome périphérique extra osseux (extrêmement rare) ;
  • améloblastome adénoïde ;
  • améloblastome métastasique.

On s’intéresse dans cette étude aux deux premières formes.

Cliniquement, la symptomatologie n’est pas spécifique. Ces tumeurs se manifestent souvent par une croissante lente, une tuméfaction non douloureuse de la région massétérine. Le diagnostic est souvent retardé du fait de cette croissance lente avec parfois des découvertes fortuites.

Radiologiquement, les aspects sont variés, mais la forme la plus caractéristique est une image radioclaire, bien limitée, avec un aspect en « bulle de savon ».

Le traitement de référence est le traitement chirurgical qui…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Châssis de prothèse amovible : cobalt-chrome ou alliages de titane ?

En prothèse amovible à infra­structure métallique, les alliages Co-Cr constituent le matériau de choix par ses propriétés de résistance et...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasie orale et imiquimod

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Crête osseuse atrophiée et reconstruction pré-implantaire : greffe autogène ou xénogène

Depuis son avènement au début des années 80, l’implantologie moderne connaît un développement continu et exponentiel grâce à une meilleure...
Revue de presse

Quand l’alpinisme inspire l’orthodontie

L’objectif de cet article est de présenter, sous la forme d’un cas clinique, un nouveau dispositif d’ancrage postérieur mandibulaire par...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Presse internationale : rencontre avec les Drs Sylvie Lê, Sara Laurencin-Dalicieux et Charlotte Thomas

Article commenté Lê S, Laurencin-Dalicieux S, Minty M, Assoulant-Anduze J, Vinel A, Yanat N, Loubieres P, Azalbert V, Diemer S,...