Copies qu’on forme

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°10 - 13 mars 2024 (page 46-49)
Information dentaire

Ados et robots : demain la veille

Comment les questions sur la formation de l’identité de genre, au fil de l’apprentissage des enfants, se poseraient-elles si une tierce personne, artificielle, venait à partager leur vie ? Comment et avec quels repères grandir, se construire, aimer, dans un monde où les parents, défaillants, dépassés, passeraient la main et le cœur à des robots domestiques ? Doit-on redouter pour les gamins des réflexes encore plus conditionnés par la technologie ? C’est ce qu’explorent par anticipation ces Contes et légendes de Joël Pommerat, dizaine de tableaux plus noirs que ceux de la Bibliothèque Rose mais qui bouleversent et interrogent.

Au début n’est plus le verbe, dans ce futur terriblement possible, mais la violence verbale. Le torrent paroxystique d’invectives qu’éructent de très jeunes garçons hors de contrôle semble leur ultime langage, et l’unique vecteur d’une relation résumée à la domination asservissante des uns sur les autres, tenus d’obéir à leurs hurlantes commandes vocales. Une cible excite cette logorrhée qui crache sa haine, charrie en boucle une boue machiste : une fille, qui leur fait face. La peur qu’ils en ont en cache une autre : serait-elle un robot ? Car les robots qui doublent à présent l’humanité troublent irrémédiablement ses rapports. D’autant que leur apparence, loin des primitifs androïdes, est des plus trompeuse : à tous égards ils se fondent parmi nous, avec une plasticité qui n’a d’égale que leur placidité. Dociles et fiables, on leur confie la maison, l’assistance scolaire, la garde d’un bébé. On les programme pour le confort, pour le réconfort aussi, sans toutefois y mêler de réel affect. Seulement voilà : on ne peut jurer de rien, ni savoir ce qu’on gagne ou perd au change. Ceux qu’on nomme désormais, et c’est un signe, « personnes artificielles », ne sont plus de l’I.A. habillée en Playmobil, bien que leurs gestes en…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

À découvrir

Article réservé à nos abonnés Jean Hélion, l’abstrait dérouté par le déroulé de la vie

Droites lignes et retour de bâton Peut-on être un chantre majeur de l’abstraction dans les Années 30, proche de Mondrian, et revenir...
À découvrir

Article réservé à nos abonnés Ces liens que Lyon tisse au cœur du vivant

« Qu’un ami véritable est une douce chose »… La Fontaine a raison ; mais on dit aussi « qui aime bien...
À découvrir

Article réservé à nos abonnés Spécial Tendances – avril 2024

« On n’a pas deux fois l’occasion de faire une bonne première impression… » Si le professionnalisme de l’équipe dentaire contribue pour...
À découvrir

Le dentiste faisait le Guignol

Canut comme ses parents, puis marchand forain, Laurent Mourguet, né à Lyon le 3 mars 1769, devient, à 24 ans, arracheur de dents. Le...
À découvrir

Article réservé à nos abonnés Antoine Le Roux de La Fondée, le dernier élève-associé de Pierre Fauchard

Depuis son arrivée à Paris, Pierre Fauchard (1679-1761) habitait l’hôtel de l’Alliance, au 14 de la rue des Fossés-Saint-Germain ;...
À découvrir

Article réservé à nos abonnés Le souffle de la création

Dans l’air du temps… Du souffle, il en faudra à tous les sportifs des JO pour l’emporter sur les divers...