Covid 19 : De nouvelles règles fiscales et sociales

  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°20 - 20 mai 2020
Information dentaire

Face à la crise, la plupart des acteurs (gouvernement, collectivités territoriales, établissements bancaires…) se sont mobilisés pour accompagner les entreprises.

De nombreuses dispositions légales ont été prises dans l’urgence, notamment en matière fiscale et sociale. Nous vous proposons de faire un point sur les plus importantes, même si elles sont amenées à connaître des ajustements dans les prochaines semaines. Dans cet article, nous évoquons les impacts fiscaux, puis aborderons les conséquences sociales dans le prochain numéro.

Le Covid-19 constitue un choc incroyable. À la crise sanitaire est venue s’ajouter une crise économique accentuant les inégalités et les tensions. Sous-estimée dans un premier temps, les pouvoirs publics ont fini par prendre conscience des effets de cette pandémie, en augmentant les moyens médicaux, non sans difficultés, et en soutenant l’économie par des politiques financières et budgétaires généreuses.

Principe général de prorogation des délais

Ce principe s’applique aux délais et mesures qui ont expiré ou qui expirent entre le 12 mars 2020 et l’expiration d’un délai d’un mois à compter de la date de cessation de l’état d’urgence sanitaire (fig. 1).

L’article 4 de la loi 2020-290 du 23 mars 2020 ayant déclaré l’état d’urgence sanitaire pour une durée de deux mois à compter du 24 mars 2020, la période juridiquement protégée s’étend, sous réserve d’une éventuelle prorogation de l’état d’urgence sanitaire, du 12 mars 2020 au 24 juin 2020 (soit trois mois et 12 jours).

D’une façon générale, tous les actes et formalités qui auraient dû être accomplis pendant la période juridiquement protégée sont réputés avoir été faits à temps s’ils sont effectués dans les deux mois suivants la fin de la période juridiquement protégée.

Par exemple, les contribuables engagés dans une procédure contentieuse dont le délai de réponse expire pendant la période protégée pourront bénéficier de la prorogation, tout comme les signataires d’un acte dont la formalité de l’enregistrement doit être réalisée normalement dans le délai d’un mois.

Toutefois, les prorogations de délais ne s’appliquent pas aux déclarations servant au recouvrement des impôts, droits et taxes, notamment la TVA.

Les déclarations de succession en sont également exclues et doivent donc être déposées dans les délais habituellement impartis par la loi (six mois sauf exceptions).

Légalement, les contribuables…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Fiscalité

Obligations de février

Fiscales 15 février Conclusion d’un contrat de prêt en 2019 Déclaration à la direction des services fiscaux sur imprimé n° 2062. Quand...
Fiscalité

La France est toujours le pays à la fiscalité la plus élevée de l’Union européenne

La France a été à nouveau en 2018 le pays à la fiscalité la plus élevée dans l’Union européenne, selon...
Fiscalité

Pas de « prime Macron » pour les TPE ?

Malgré la mise en garde de l’Union nationale des professions libérales (UNAPL), confédération de 67 organisations représentatives des professions libérales,...
Fiscalité

2020 : la « prime Macron » reconduite, mais pas pour les TPE ?

Après son succès en 2019, la « prime Macron » devrait être reconduite en 2020. Cette prime, d’un montant maximal de 1 000 €,...
Fiscalité

Obligations de juillet

Fiscales 15 juillet Impositions mises en recouvrement en mai 2019 Paiement au comptable chargé du recouvrement sous peine de majoration...
Fiscalité

Optimiser sa fiscalité grâce au conjoint, est-ce possible ?

Conjoint collaborateur Ce statut est ouvert aux personnes liées au professionnel libéral par les liens du mariage ou par un...