Crête osseuse atrophiée et reconstruction pré-implantaire : greffe autogène ou xénogène

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°12 - 27 mars 2024 (page 10-11)
Information dentaire
Article analysé : Romito GA, Fonseca MA, Soares HH, de Oliveira Lazarin R, Sapata VM, Nishyama R, Conde MC, Hammerle CHF, Schwarz F, Villar CC. Clinical outcomes following atrophic alveolar ridge reconstruction using collagenated xenogeneic bone block or autogenous bone block: One-year follow-up of a randomized controlled clinical. J Clin Periodontol 2024;51(1):14-23.

Depuis son avènement au début des années 80, l’implantologie moderne connaît un développement continu et exponentiel grâce à une meilleure connaissance des protocoles, une amélioration des matériaux, des techniques opératoires, une meilleure sensibilisation et formation des praticiens, mais aussi une évolution dans les attentes de la population. Les patients, plus concernés par les problématiques de santé et de bien-être, sont de plus en plus demandeurs de solutions fixées ou au moins stables pour remplacer leurs dents perdues. L’implantologie doit alors relever de nouveaux défis et trouver des solutions à des situations de plus en plus complexes comme celles où les volumes de tissus osseux disponibles sont insuffisants pour pouvoir y placer un implant. La chirurgie de reconstruction osseuse propose alors des solutions par le biais de greffes de blocs de tissus osseux naturels ou issus de l’ingénierie tissulaire. Ils constituent un support de l’ostéogenèse pour augmenter in fine les volumes disponibles.

L’étude rapportée ici compare deux types de matériaux à dessein : de l’os autogène prélevé chez le patient au cours de la même intervention (ABB) ou un tissu xénogène déspécifié d’origine équine (CXBB). Son objectif est d’évaluer la survie et le taux de succès des implants placés dans une crête osseuse atrophiée dont les volumes ont été augmentés par une greffe avec l’un ou l’autre des deux types de bloc osseux, un an après la réalisation prothétique. La présente étude reprend ainsi les patients enrôlés dans une précédente étude clinique randomisée conduite par la même équipe pour comparer les deux types de greffons employés pour augmenter latéralement une crête alvéolaire atrophiée. Ces patients ont reçu un implant juxta-osseux 30 semaines après la greffe puis une prothèse transvissée a été réalisée et posée 11 semaines plus tard. Tous les patients ont été convoqués pour…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Revue de presse

Lésions endo-parodontales et pronostic thérapeutique

Les lésions endo-parodontales sont caractérisées par une communication pathologique entre les tissus endodontiques et parodontaux donnant lieu à une expression...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Bruxisme et jeunes patients

En 2018, un consensus international est parvenu à définir le bruxisme de sommeil (i.e. BS ou SB pour sleeping bruxism)...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Gestion des patients atteints de maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes sous traitements immunosuppresseurs : une enquête des pratiques des chirurgiens-dentistes français

Contexte La fréquence des maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes (MICA) varie considérablement d’une population à l’autre, avec une prévalence dans...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Châssis de prothèse amovible : cobalt-chrome ou alliages de titane ?

En prothèse amovible à infra­structure métallique, les alliages Co-Cr constituent le matériau de choix par ses propriétés de résistance et...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasie orale et imiquimod

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...