Dédale idéal pour Dalíres

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°29 - 2 septembre 2020 (page 44-47)
Information dentaire

Su-bli-me-ment mé-ta-phy-sique !

Dalí, avec sa scansion inoubliable, aurait à coup sûr poussé une enthousiaste exclamation de ce genre devant l’atomisation de ses œuvres sur les dalles de lumière des carrières des Baux. De fait, ce théâtral jeu de cubes prête idéalement ses facettes à celles de l’artiste au talent multiple.
Ici, le chaos de pierre se fait kaléidoscope légitime d’un génie protéiforme, vitalisé par sa vénération des grands maîtres (Velasquez, Raphaël, Michel-Ange, Vermeer, Millet) et par tous les champs magnétiques qui ionisent sa « méthode paranoïaque-critique » : impressionnisme, cubisme, claires forces mystiques et noires farces surréalistes, mystères de l’onirisme et mirages de l’optique, liens innés avec la photographie, le cinéma, les arts de la scène.

Tout le Dalí à la recherche d’un « rêve qui puisse servir de pièce à vivre » se trouve naturellement mis en relief dans cet antre matriciel, de sa thématique obsessionnelle de l’œuf à la « véritable structure bio­logique » qu’est sa maison du Portlligat, ou son musée-théâtre de Figueres. Animé d’une perception organique du monde, le peintre est fasciné par la métamorphose ; il exploite les similitudes naturelles qu’il voit ou interroge les analogies qu’il perçoit entre les formes, pliant le réel pour les fondre l’une dans l’autre et atteindre ainsi une surréalité.

Déclenchement automatique

À la recherche de stimuli, Dalí apparie les choses dans le champ mental autant que visible. Parfois, le déclic naît d’un simple rapprochement de mots qui l’inspire ou l’amuse, et qu’il se plaît à prendre au pied de la lettre. Il explique ainsi que ses montres molles, emblématiques de son œuvre, sont d’abord nées d’une association d’idées entre un camembert coulant et le temps qui s’écoule. Par là, il s’affirme aussi bon client des automatismes surréalistes que des associations…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

À découvrir

Article réservé à nos abonnés Jean Hélion, l’abstrait dérouté par le déroulé de la vie

Droites lignes et retour de bâton Peut-on être un chantre majeur de l’abstraction dans les Années 30, proche de Mondrian, et revenir...
À découvrir

Article réservé à nos abonnés Ces liens que Lyon tisse au cœur du vivant

« Qu’un ami véritable est une douce chose »… La Fontaine a raison ; mais on dit aussi « qui aime bien...
À découvrir

Article réservé à nos abonnés Spécial Tendances – avril 2024

« On n’a pas deux fois l’occasion de faire une bonne première impression… » Si le professionnalisme de l’équipe dentaire contribue pour...
À découvrir

Le dentiste faisait le Guignol

Canut comme ses parents, puis marchand forain, Laurent Mourguet, né à Lyon le 3 mars 1769, devient, à 24 ans, arracheur de dents. Le...
À découvrir

Article réservé à nos abonnés Copies qu’on forme

Ados et robots : demain la veille Comment les questions sur la formation de l’identité de genre, au fil de l’apprentissage...
À découvrir

Article réservé à nos abonnés Antoine Le Roux de La Fondée, le dernier élève-associé de Pierre Fauchard

Depuis son arrivée à Paris, Pierre Fauchard (1679-1761) habitait l’hôtel de l’Alliance, au 14 de la rue des Fossés-Saint-Germain ;...