Distractions, anxiété et anesthésie aux enfants

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°21 - 25 mai 2022 (page 4-5)
Information dentaire
Article analysé : Shekhar S, Suprabha BS, Shenoy R, Rao A, Rao A. Effect of active and passive distraction techniques while administering local anaesthesia on the dental anxiety, behaviour and pain levels of children: a randomised controlled trial. Eur Arch Paediatr Dent. 2022 Mar 10. (En attente de publication)

Les chirurgies orales supposent la réalisation d’une anesthésie préalable pour supprimer la douleur perçue par le patient. L’obtention du silence opératoire permet ainsi l’accomplissement d’un acte invasif de manière sereine et confortable pour le praticien comme pour son patient. Cependant, les auteurs de l’étude rapportée rappellent que chez les enfants, la perspective de recevoir une anesthésie est communément associée à l’idée de douleur. Leur niveau d’anxiété s’en trouve considérablement augmenté avec en corollaire une attitude de défiance ou même de défense vis-à-vis des actes dentaires à réaliser. Différentes méthodes de distractions sans recours à des substances pharmacologiques visent à détourner l’attention des enfants ou des jeunes adolescents au moment de l’injection de l’anesthésie vers quelque chose de positivement attractif pour entraver les mécanismes psychologiques de perception de la douleur ainsi que leur niveau d’anxiété.

Les auteurs distinguent deux types de distractions : actives et passives. Les formes de distractions actives impliquent un engagement dans une activité annexe pendant la procédure thérapeutique anxiogène, tandis que les distractions passives impliquent l’observation ou la perception d’un stimulus audio et/ou visuel pour accaparer leur attention et l’isoler de l’environnement clinique. L’étude conduite dans cet article vise à comparer, pendant la réalisation d’une anesthésie tronculaire, les effets de deux techniques distractives, active et passive, par rapport à l’absence de distraction supplémentaire tenue comme témoin.

123 enfants âgés de 8 à 12 ans, patients du service d’ontologie pédiatrique d’un même centre hospitalo-universitaire indien entre mai 2019 et mai 2021, ont été répartis de manière randomisée en trois groupes de 41 sujets traités par le même opérateur. Dans le premier groupe, il a été demandé aux enfants…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Évaluation de la récidive orthodontique à l’aide de contentions thermoformées équipées de microcapteurs

Objectifs : Les appareils de contentions thermo­formées présentent de nombreux avantages comme l’esthétique, un maintien de l’hygiène bucco-dentaire facilité ou un processus...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Utilisation d’une intelligence artificielle automatisée pour prédire la nécessité d’extractions orthodontiques

Objectif : Les applications de l’Intelligence artificielle (IA) dans le domaine dentaire se développent rapidement. Des techniques et des méthodes d’IA...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Gestion de l’occlusion en prothèse fixe implanto-supportée

L’objectif de cet article est de faire le point des connaissances sur les différents aspects de l’élaboration de l’occlusion en...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Impact des appareils orthodontiques fixes et des aligneurs sur le microbiote oral et association avec les paramètres cliniques : une étude longitudinale comparative

Introduction : Les traitements orthodontiques peuvent interférer avec l’hygiène orale et favoriser la rétention de la plaque dentaire, source d’inflammation gingivale...
Revue de presse

Hygiène bucco-dentaire quotidienne et applications smartphone

Parmi l’ensemble des recommandations du quotidien, les conseils relatifs au brossage des dents sont incontestablement le premier et le meilleur...