Évaluer une dent avant un retraitement endodontique

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°31 - 16 septembre 2020 (page 4)
Information dentaire
Articles analysés
Dawood A, Patel S. The Dental Practicality Index - assessing the restorability of teeth. B Dent J 2017 ; 222 (10) : 755-8. Tiffooni A et coll. Validation of the effectiveness of the Dental Practicality Index in predicting the outcome of root canal retreatments. Int Endod J 2019 ; 52 (10): 1403-9. Al-Nuaimi N et coll. A prospective study on the effect of coronal tooth structure loss on the 4-years clinical survival of root canal retreated teeth and retrospective validation of the Dental Practicality Index. Int Endod J 2020 ; 53 (8) : 1040-9.

En 2017, une équipe de cliniciens londoniens, ayant des compétences de spécialistes en prothèse, parodontologie et endodontie, a cherché à définir un score clinique pour évaluer les problématiques de restauration d’une dent. Ce Dental Practicality Index (DPI) tient compte de l’intégrité de la structure dentaire, de l’état parodontal de la dent, du besoin de traitement ou retraitement endodontique, et du contexte, local et général.
L’efficacité de cet indice à prédire le devenir de dents traitées endodontiquement a été évaluée. Cette étude a porté sur 137 dents postérieures radiographiées en 2 et 3 dimensions, traitées par des étudiants supervisés par des endodontistes, et dont le DPI a été mesuré indépendamment par deux endodontistes expérimentés. Les conclusions allaient dans le sens d’une bonne prédictibilité quant à l’issue du retraitement endodontique.
En 2020, ce même indice a été utilisé dans une étude prospective pour évaluer l’influence de la structure dentaire résiduelle sur la survie à 4 ans de dents retraitées endodontiquement. Dans ce cadre, 156 dents postérieures (140 patients) ont été radiographiées (cliché rétroalvéolaire et CBCT) avant d’être retraitées, puis suivies cliniquement et radiologiquement chaque année, pendant 4 ans. En différenciant les dents selon qu’il leur restait plus ou moins 29,5 % de leur structure coronaire originelle (mesurée à l’aide d’une caméra intra-orale), des différences significatives apparaissent quant au succès radiographique de leur retraitement endodontique à un an, ainsi que leur survie à 4 ans.

En effet, les dents délabrées ont 2,58 fois plus de risque de conduire à un échec du retraitement endodontique à un an que les dents conservant au moins 30 % de leur volume dentaire d’origine. Les dents avec un score DPI égal ou supérieur à 6 ont été proportionnellement plus souvent extraites à 4 ans que les dents…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sinus et chirurgie implantaire

Avec le développement de l’implantologie, les sinus maxillaires sont entrés davantage dans le champ d’intervention du chirurgien-dentiste. D’abord parce qu’ils...
Revue de presse

Une incisive humaine vieille de 70 000 ans

Une incisive humaine vieille de 70 000 ans a été retrouvée dans la grotte dite de « Coupe-Gorge » à...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Santé parodontale et orthodontie : quelle méthode ?

Un beau visage est un avantage préférable à toutes les lettres de recommandation. » Cette citation d’Aristote résonne dans nos sociétés...
Revue de presse

Covid-19 et tests salivaires : quel enjeu pour les chirurgiens-dentistes ?

En santé publique, la mesure classique pour ralentir et enrayer le développement d’une épidémie consiste à détecter, tester, isoler et...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Effets de la nutrition et des hormones sur le résultat du traitement par appareil fonctionnel chez les patients présentant une malocclusion squelettique de classe II

Les malocclusions squelettiques de classe II, par prognathie maxillaire et/ou rétrognathie mandibulaire, sont l’une des dysmorphoses les plus fréquentes. Jusqu’à...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Troubles respiratoires obstructifs du sommeil de l’enfant dans la population orthodontique : prévalence du risque positif et des associations

Les troubles respiratoires obstructifs du sommeil (TROS) pédiatriques décrivent un spectre de maladies allant du ronflement au syndrome de résistance...