Existe-t-il une relation entre l’épaisseur de l’os cortical mandibulaire et la durée du traitement orthodontique ?

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Orthodontiste n°1 - 15 février 2021 (page 10)
Information dentaire
Landin-Ramos M, Yadav S, Gandhi V, Upadhyay M, Tadinada A. Is there a relationship between mandibular cortical bone thickness and orthodontic treatment time? Angle Orthod. 2020;90(6):794-800.

Il est important d’indiquer au patient une estimation précise de la durée de son traitement afin qu’il puisse s’y préparer mentalement et qu’il soit en mesure de rester motivé tout au long de celui-ci. De nombreuses variables rendent difficile la prédiction de la durée du traitement : la complexité du cas, l’observance du patient et l’expérience du clinicien, pour n’en citer que quelques-unes. Plusieurs études menées sur les animaux soutiennent l’hypothèse selon laquelle un os plus dense ralentit le mouvement orthodontique des dents. Il semble plausible que l’épaisseur ou la densité de l’os cortical puissent être une variable prédictive de la durée d’un traitement orthodontique chez l’homme.

L’objectif principal de cette étude rétrospective était de déterminer s’il existe une corrélation entre l’épaisseur de l’os cortical mandibulaire d’un patient et la durée globale de son traitement. Le but était également d’analyser l’influence de la classification d’Angle, du recours à des extractions et de l’âge sur la durée globale du traitement.

Les dossiers de 971 patients orthodontiques de deux centres ont été examinés et 500 sujets ont été inclus après application des critères d’inclusion/exclusion. L’indice mentonnier a été utilisé pour déterminer la densité osseuse des patients. L’indice mentonnier est l’épaisseur de la corticale mandibulaire sous le foramen mentonnier, mesurée sur une radiographie panoramique le long d’une ligne perpendiculaire à une tangente au bord inférieur de la mandibule. Un test t à deux échantillons ou un test chi carré, suivis d’une régression linéaire multiple, ont été utilisés pour identifier les facteurs affectant la durée du traitement.

Les résultats ont montré que l’épaisseur de la corticale mandibulaire était associée négativement à la durée du traitement pour tous les sujets (P < 0,05). Après ajustement des…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Revue de presse

Lésions endo-parodontales et pronostic thérapeutique

Les lésions endo-parodontales sont caractérisées par une communication pathologique entre les tissus endodontiques et parodontaux donnant lieu à une expression...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Bruxisme et jeunes patients

En 2018, un consensus international est parvenu à définir le bruxisme de sommeil (i.e. BS ou SB pour sleeping bruxism)...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Gestion des patients atteints de maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes sous traitements immunosuppresseurs : une enquête des pratiques des chirurgiens-dentistes français

Contexte La fréquence des maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes (MICA) varie considérablement d’une population à l’autre, avec une prévalence dans...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Châssis de prothèse amovible : cobalt-chrome ou alliages de titane ?

En prothèse amovible à infra­structure métallique, les alliages Co-Cr constituent le matériau de choix par ses propriétés de résistance et...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasie orale et imiquimod

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...