Facteurs de risque des DTM : retour sur l’étude OPPERA

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°1 - 13 janvier 2021
Information dentaire
Article analysé
Slade GD, Ohrbach R, Greenspan JD, Fillingim RB, Bair E, Sanders AE, Dubner R, Diatchenko L, Meloto CB, Smith S, Maixner W. Painful temporomandibular disorder : decade of discovery from OPPERA studies. J Dent Res 2016 ; 95 (10) : 1084-92.

A la suite de la triste annonce du décès du Dr William Maixner, début novembre 2020, nous avons souhaité revenir sur l’étude OPPERA (Orofacial Pain : Prospective Evaluation and Risk Assessment) dont il fut en grande partie responsable.

Dans un article du Journal of Dental Research en 2016, Slade et coll. publient une synthèse des principales données obtenues dix ans après le début de ce projet, soit 35 publications. Il est difficile d’en détailler toutes les conclusions en quelques lignes. Nous reprendrons donc ici les principaux points relevés dans cet article.

OPPERA est un projet d’étude épi­démiologique américain financé par le National Institute of Health (NIH) depuis 2006. Son but est d’identifier les facteurs de risque d’apparition des dysfonctionnements temporo-mandibulaires (DTM) algiques. Pour rappel, ce terme de DTM est un terme « parapluie » qui englobe de multiples troubles douloureux ou non. En effet, même si cela n’est pas toujours précisé dans les différentes publications sur ce projet, on parle bien ici uniquement de l’étude des DTM douloureux (myalgie et/ou arthralgie essentiellement).

Dans le domaine de la douleur oro-faciale, OPPERA est remarquable de par son ampleur et sa rigueur. Sur 4 sites différents, 3 études ont été menées, 4 346 participants inclus dont 3 258 sans antécédents de DTM algiques de 18 à 44 ans. La première étude est prospective. Les participants sont étudiés au départ par un recueil de très nombreuses mesures phénotypiques et génétiques de leurs statuts biologique, psychosocial, clinique, ainsi que leur état de santé général. Puis ils sont suivis tous les 3 mois. La durée moyenne du suivi est de 2,8 ans.

Une deuxième étude a été ajoutée sur les mêmes recueils et suivis des données que la première, mais cette fois sur 1 088 patients atteints de DTM chroniques (au moins 5 jours par mois de douleur faciale sur les 6 derniers mois).

Les symptômes…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Plans de traitements et flux d’assistance numériques

Dans l’accomplissement d’un traitement de réhabilitation complexe, le « savoir quoi faire » est sans doute plus important encore que le savoir-faire....
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasies : une étude sur le risque de transformation maligne et la décision de biopsier

Les cancers de la cavité buccale représentent la localisation la plus fréquente des cancers des voies aéro-digestives supérieures avec une...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Dentisterie fondée sur les preuves et choix du type d’ancrage : comment trancher le débat ?

Malgré les immenses progrès accomplis en faveur des restaurations adhésives directes et indirectes les plus bioconservatrices possibles, notamment grâce aux...
Revue de presse

YouTube comme source d’information sur les mainteneurs d’espace pour les patients et leurs parents

Le site de partage de vidéos le plus utilisé est YouTube, qui enregistre plus de 2 milliards de vues par jour, avec...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Canaux de communication traditionnels vs digitaux pour l’amélioration de l’observance du patient durant un traitement orthodontique par appareillage fixe

L’observance du patient en orthodontie reste primordiale pour la réussite du traitement. Des études antérieures ont tenté de prédire les facteurs susceptibles...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Évaluation des changements sur la consommation alimentaire des patients adolescents lors d’un traitement orthodontique fixe

Lors d’un traitement orthodontique, la consommation alimentaire peut être modifiée en raison de possibles douleurs et limitations fonctionnelles. De plus, les patients...