Facteurs de risque des DTM : retour sur l’étude OPPERA

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°1 - 13 janvier 2021
Information dentaire
Article analysé
Slade GD, Ohrbach R, Greenspan JD, Fillingim RB, Bair E, Sanders AE, Dubner R, Diatchenko L, Meloto CB, Smith S, Maixner W. Painful temporomandibular disorder : decade of discovery from OPPERA studies. J Dent Res 2016 ; 95 (10) : 1084-92.

A la suite de la triste annonce du décès du Dr William Maixner, début novembre 2020, nous avons souhaité revenir sur l’étude OPPERA (Orofacial Pain : Prospective Evaluation and Risk Assessment) dont il fut en grande partie responsable.

Dans un article du Journal of Dental Research en 2016, Slade et coll. publient une synthèse des principales données obtenues dix ans après le début de ce projet, soit 35 publications. Il est difficile d’en détailler toutes les conclusions en quelques lignes. Nous reprendrons donc ici les principaux points relevés dans cet article.

OPPERA est un projet d’étude épi­démiologique américain financé par le National Institute of Health (NIH) depuis 2006. Son but est d’identifier les facteurs de risque d’apparition des dysfonctionnements temporo-mandibulaires (DTM) algiques. Pour rappel, ce terme de DTM est un terme « parapluie » qui englobe de multiples troubles douloureux ou non. En effet, même si cela n’est pas toujours précisé dans les différentes publications sur ce projet, on parle bien ici uniquement de l’étude des DTM douloureux (myalgie et/ou arthralgie essentiellement).

Dans le domaine de la douleur oro-faciale, OPPERA est remarquable de par son ampleur et sa rigueur. Sur 4 sites différents, 3 études ont été menées, 4 346 participants inclus dont 3 258 sans antécédents de DTM algiques de 18 à 44 ans. La première étude est prospective. Les participants sont étudiés au départ par un recueil de très nombreuses mesures phénotypiques et génétiques de leurs statuts biologique, psychosocial, clinique, ainsi que leur état de santé général. Puis ils sont suivis tous les 3 mois. La durée moyenne du suivi est de 2,8 ans.

Une deuxième étude a été ajoutée sur les mêmes recueils et suivis des données que la première, mais cette fois sur 1 088 patients atteints de DTM chroniques (au moins 5 jours par mois de douleur faciale sur les 6 derniers mois).

Les symptômes…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Revue de presse

Dentisterie adhésive : rétrospective et perspectives

Chaque année qui commence fait le bilan de celle qui vient de s’achever pour mieux définir des perspectives à venir....
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Dentisterie fondée sur les preuves, pertinence et pratique clinique

Les références bibliographiques sont souvent utilisées comme l’argument ultime permettant de justifier tout type d’affirmation scientifique ou médicale ; mais quelle...
Revue de presse

Taux de survie des dents traitées endodontiquement à 10 ans

La présentation d’un traitement endodontique à un patient doit comprendre différents éléments comme le ratio bénéfices/risques, les complications potentielles, le...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Influence de l’émail et couleur des dents naturelles

La couleur des dents antérieures joue un rôle majeur dans l’apparence et l’effet esthétique projeté par celles-ci, en particulier les...
Revue de presse

Maladie parodontale et désordres émotionnels : l’article coup de cœur de Michèle Reners

Cette semaine, le choix de l’article qui vous est rapporté a été confié à notre rédactrice en chef, Michèle Reners,...
Revue de presse

Conséquences vasculaires de l’inflammation

Un article de consensus a récemment été publié à l’initiative des groupes de travail de la Société Européenne de l’Hypertension...