Gare au proto !

  • Par
  • Publié le . Paru dans Parodontologie Implantologie Orale, un nouveau regard n°2 - 15 mai 2022 (page 78-79)
Information dentaire

La consommation de protoxyde d’azote, malheureusement désormais très répandue auprès des sujets jeunes, présente une forte dangerosité neurologique.

Utilisé dans le champ médical pour ses propriétés anesthésiques et analgésiques, le protoxyde d’azote est aussi employé comme gaz de pressurisation d’aérosol, en particulier alimentaire. Il est très facile de s’en procurer à moindre coût dans le commerce et sur Internet sous la forme de cartouches ou bonbonnes. Mais l’usage détourné de ces cartouches comme “gaz hilarant” par les jeunes ne cesse d’augmenter.

Dès 2018, les résultats d’une enquête menée entre 2015 et 2017 sur la consommation de substances psychoactives (SPA) par une large cohorte étudiante indiquaient que le protoxyde d’azote représentait la 2e SPA la plus consommée après le cannabis. Or sa consommation aurait explosé à la faveur d’un certain mal-être lié aux confinements successifs et surtout, sans doute, à une moindre disponibilité des autres SPA durant cette période.

Des dépendances, parfois sévères, sont observées. Cet effet addictif est souvent ignoré ou sous-estimé par des consommateurs qui ne considèrent pas qu’il puisse s’agir d’une drogue ou d’un produit dangereux.

Les pouvoirs publics s’emparent progressivement de cette problématique. Depuis 2019, les données de vigilance produites par l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) et l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) permettent de mieux caractériser la nature des effets indésirables, ainsi que les modes et profils de consommation. Ainsi, les intoxications concernent en majorité des adultes jeunes, mais aussi des mineurs, et les effets cliniques sont principalement neurologiques mais également cardiaques et psychiatriques. La fréquence des intoxications et les quantités consommées sont très variables, de quelques cartouches à plusieurs centaines par…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Santé publique

Enceinte, les médicaments c’est pas n’importe comment

Pas d’automédication, pas d’ibuprofène ou d’aspirine après le 5e mois de grossesse, pas d’alcool, pas de tabac, ne jamais arrêter seule...
Santé publique

EuroPerio10 : une étude montre les dangers des piercings buccaux

Poches parodontales profondes, récessions gingivales, saignements, migrations dentaires… Une revue systématique présentée à EuroPerio le 16 juin montre que les...
Santé publique

Grippe saison 2021-22 : une épidémie atypique

Une durée plus courte (9 semaines au lieu de 11 en moyenne) et un pic atteint très tard, début avril...
Santé publique

Sept Académies plaident pour une approche mondiale et « one health » de l’antibiorésistance

Réunies en colloque le 15 juin, sept Académies (chirurgie dentaire, médecine, pharmacie, chirurgie, vétérinaire, sciences et agriculture) plaident pour une...
Santé publique

Le tabac est aussi « un poison pour la planète », dénonce l’OMS

Si le tabac est à l’origine de plus de 8 millions de décès dans le monde chaque année, il est aussi directement...
Santé publique

Nouvelles mises en examen dans un centre dentaire à Chartres

Quatre chirurgiens-dentistes d’un centre dentaire de la ville, « âgés de 26 à 35 ans, ont été mis en examen pour...