Hypnotiques fluidités de la psyché

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°40 - 18 novembre 2020 (page 110-114)
Information dentaire
À la fois fantôme et rhizome, un mystérieux courant relie souterrainement art romantique, art visionnaire, art moderne, surréalisme et jusqu’aux actuelles installations immersives.
Son existence n’est pas une découverte et il sous-tend depuis longtemps, sans en être le cœur, nombre d’expositions. Au fil de cette décennie, on a toutefois pu pressentir que le thème irait s’autonomisant, et rapporter ici même certains prodromes de cette évolution*.
Un pas est franchi en cette année 2020, avec la brillante et originale mise en lumière de ce courant pluriséculaire au Musée d’Arts de Nantes, coup de cœur de cette rubrique.

L’historien d’art Pascal Rousseau multiplie en effet connexions savantes et judicieuses passes magnétiques pour l’étudier à travers l’une de ses plus constantes lignes de force : le phénomène hypnotique et ses influences électrisantes sur la création artistique. Des primitives vaticinations théâtralisées aux thérapies les plus éprouvées, et des premières apparitions à l’image aux sophistiqués dispositifs multimédia, c’est toute une histoire culturelle de l’hypnose qui se déroule ainsi sous nos yeux, vue du côté de sa production comme de celui de sa réception. Cette exploration de la recherche sur la psyché et les états modifiés de conscience induit une profonde relecture de la modernité, en art aussi bien qu’en sciences, avec pour dénominateur commun une phénoménologie de la fascination et pour perspective plus lointaine une interrogation de la notion même d’effet, thérapeutique ou visuel.

Entrée en scène à grands effets

Tout commence avec un médecin viennois – qui annonce à bien des égards son concitoyen père de l’inconscient. Anton Mesmer, en cette fin de XVIIIe siècle, croit au « magnétisme animal » et à ses bienfaits sur le corps et l’esprit. Pas de grosse bête à chercher ici : le mot animal se réfère au vivant distinct du végétal immobile ; mais la petite bête, ça oui, et fondamentalement. Car il évoque, d’une part, ce que l’on connaît sous le nom de magnétisme minéral, c’est-à-dire le phénomène de l’aimantation naturelle, et il accroche, d’autre part, chez les savants et théologiens de tous ordres un écho du côté de l’anima, l’âme. Du pain bénit pour qui se pose en guérisseur. Selon Mesmer, il existe par tout l’univers un fluide qui circule en chacun et règle sa santé. Les désordres éprouvés par ceux chez qui il se déséquilibre peuvent être corrigés par ceux qui, initiés, savent le diriger par de secrètes passes. À Paris…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

À découvrir

Article réservé à nos abonnés Respirer à l’art libre

Nage vers la source Il restait une courte chance, avant le 17 mai, de pouvoir contempler la fluide et splendide vidéo...
À découvrir

Article réservé à nos abonnés Chapeau, Napoléon ?

La soif de gloire Bonaparte a tout mené au pas de charge ; on ne s’ennuie donc pas à retracer sa...
À découvrir

Voix d’or

Une autre chanson au Caire Au début des années 20, les acteurs qui régnaient sur la scène artistique et intellectuelle...
À découvrir

Article réservé à nos abonnés Les très riches heures d’Étienne Bourdet

Enfance et jeunesse Deuxième de sa fratrie, Étienne Bourdet est né le 10 novembre 1722 à Birac, un petit village du...
À découvrir

Article réservé à nos abonnés Place aux femmes

La liberté au bout du pinceau Pas simple, à la fin de l’Ancien Régime, de se déclarer et femme, et peintre....
À découvrir

Article réservé à nos abonnés id Tendances

30 pages d’inspiration, de curiosité, de découverte… Sommaire Id Tendances SHOPPING I Éclairage, mobilier, accessoires… Sélection bien-être DESIGN I Uune...