Infection à Herpes simplex et cancers têtes et cou

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°22 - 5 juin 2024 (page 4)
Information dentaire
Article analysé : von Stebut J, Heiland M, Preissner R, Rendenbach C, Preissner S. Association of Herpes simplex infection with significantly increased risk of head and neck cancer: real-world evidence of about 500,000 patients. Int J Dermatol 2024 Apr 21. doi: 10.1111/ijd.17196. Online ahead of print.

Les cancers de la bouche et du pharynx constituent un groupe hétérogène comprenant les cancers de la lèvre, de la cavité buccale et du pharynx. Actuellement, une multitude de facteurs de risque de développement du carcinome (CE) ont été identifiés, les plus courants étant l’alcool et la consommation de tabac. Néanmoins, 10 à 20 % des patients souffrant de ce type de cancer n’ont aucun de ces facteurs de risque. Les profils d’expression génique des patients atteints de ces cancers ont montré une compatibilité avec une réponse antivirale. Parmi les virus oncogènes connus, ceux d’Epstein-Barr (EBV) et du papillome humain (HPV) sont les mieux caractérisés. L’EBV a été associé au développement du lymphome de Burkitt et du carcinome nasopharyngé, mais une relation causale claire avec le CE n’a pas encore été trouvée. Les HPV, en particulier les sous-types 16 et 32, sont fortement associés au CE oropharyngé. Ici, la carcinogenèse induite par le HPV sert de facteur pronostique indépendant de la survie, mais le rôle oncogène direct du HPV dans la genèse du CE est controversé. Cela souligne la nécessité de rechercher d’autres origines virales du CE.

Les virus de l’Herpes simplex (HSV) 1 et 2 sont des virus à ADN double brin de la famille des Herpesviridae. Le HSV se propage par la salive et les sécrétions muqueuses et, selon le sous-type, conduit préférentiellement à des infections oropharyngées (HSV1) ou anogénitales (HSV2). Le HSV est l’une des infections virales les plus courantes au monde. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), environ 67 % de la population mondiale de moins de 50 ans est infectée par le HSV1. Alors que la primo-infection par le HSV1 survient généralement pendant l’enfance, des déclencheurs tels que la fièvre, les rayons UV et le stress peuvent provoquer la réactivation de virus latents dans les neurones sensoriels du ganglion trigéminal, conduisant à la lésion herpétique…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Revue de presse

Simplification des critères diagnostiques des DTM

article que nous avons décidé de mettre en lumière fait suite à une publication de 2014*, dans laquelle un groupe...
Revue de presse

Lésions endo-parodontales et pronostic thérapeutique

Les lésions endo-parodontales sont caractérisées par une communication pathologique entre les tissus endodontiques et parodontaux donnant lieu à une expression...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Étude transversale comparative des besoins orthodontiques socio-psychologiques et des habitudes orales dans le trouble du spectre autistique

Objectif : Les enfants et les adolescents atteints de trouble du spectre autistique (TSA) ne présentent pas des caractéristiques orales spécifiques....
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Association entre estime de soi et composante esthétique du sourire chez les adolescents

Contexte et Objectif : Durant l’adolescence, l’estime de soi revêt une importance capitale dans la construction du bien-être global et de...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Impact du traitement orthodontique sur la qualité de vie liée à la santé bucco-dentaire des adolescents : une étude longitudinale

Contexte et Objectif : La période de l’adolescence est généralement tumultueuse ; plus spécifiquement, les malocclusions peuvent conduire à une faible estime...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Bruxisme et jeunes patients

En 2018, un consensus international est parvenu à définir le bruxisme de sommeil (i.e. BS ou SB pour sleeping bruxism)...