Entretien d’Yvonne L. Hernandez-Kapila

  • Par
  • Publié le . Paru dans Parodontologie Implantologie Orale, un nouveau regard n°2 - 15 mai 2022 (page 14-16)
Information dentaire
Gao L, Kang M, Zhang MJ, Reza Sailani M, Kuraji R, Martinez A, Ye C, Kamarajan P, Le C, Zhan L, Rangé H, Ho SP, Kapila YL. Polymicrobial periodontal disease triggers a wide radius of effect and unique virome NPJ Biofilms Microbiomes 2020 ; 6 (1) : 10 [1].

Yvonne Kapila est une parodontiste et enseignante-chercheuse de premier plan qui travaille sur les mécanismes cellulaires et moléculaires du cancer et de la parodontite. Après des années à l’Université du Michigan, elle est revenue à l’Université de Californie, à San Francisco (UCSF), où elle avait été formée, pour diriger le département de parodontologie. En plus de ses responsabilités académiques et cliniques, elle est pleinement engagée dans son laboratoire qui accueille plusieurs étudiants et professeurs invités. Elle a récemment publié les résultats d’un modèle innovant de parodontite expérimentale chez la souris qui a analysé les réponses microbiennes et inflammatoires. Cette étude fournit une mise à jour des effets locaux de la parodontite et identifie de nouvelles découvertes sur le ligament parodontal et le virome oral. Cette étude animale améliore notre compréhension de la pathogenèse de la parodontite et fournit des outils fiables pour étudier de nouveaux traitements, en particulier les modulateurs antimicrobiens et anti-inflammatoires. J’ai été heureuse de retrouver le Professeur Kapila lors de cette interview pour PIO au sujet du travail de recherche auquel j’avais participé pendant mon année de mobilité dans son laboratoire.

Yvonne L. Hernandez-Kapila, Professeur et cheffe de la division de parodontologie
Département des Sciences oro-faciales, Facuté d’odontologie
Université de Californie, San Francisco, USA

Hélène Rangé : Pourquoi avez-vous travaillé sur un nouveau modèle murin de parodontite ? Quels étaient vos principaux objectifs de recherche ?

Yvonne Kapila : Ce nouveau modèle murin de parodontite nous a permis d’utiliser une infection polymicrobienne et des approches de séquençage de l’ADN à haut débit (métagénomique) pour évaluer la réponse complexe de l’hôte à cette maladie et a ainsi permis une compréhension plus fine de la pathogenèse complexe de…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Revue de presse

Pathologies de l’ATM : indications des examens

Le diagnostic des pathologies de l’articulation temporo-mandibulaire (ATM) est particulièrement complexe, notamment du fait d’un accès limité à l’inspection visuelle...
Revue de presse

Intelligence artificielle et diagnostic parodontal

Le développement de l’intelligence artificielle (IA) s’est invité depuis plusieurs années dans notre quotidien, sans que l’on en ait conscience...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Occlusion et bruxismes

Cet article montre que le bruxisme est souvent et trop rapidement associé à des usures dentaires, pouvant entraîner des modifications...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Revue de Presse : la 100e

Après la fin des vacances, ce numéro de votre revue L’Information dentaire, qui ouvre une nouvelle saison d’informations scientifiques et...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Évaluation de la récidive orthodontique à l’aide de contentions thermoformées équipées de microcapteurs

Objectifs : Les appareils de contentions thermo­formées présentent de nombreux avantages comme l’esthétique, un maintien de l’hygiène bucco-dentaire facilité ou un processus...