Jean Hélion, l’abstrait dérouté par le déroulé de la vie

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°21 - 29 mai 2024 (page 90-93)
Information dentaire
Avant d’être remis en lumière, et dans les grandes largeurs avec cette vaste exposition, Jean Hélion était souvent tenu dans un angle mort de l’art moderne. Du moins d’une certaine conception de la modernité, obstinément réduite · pour diverses raisons · à sa composante abstraite. Se réintéresser à son œuvre, c’est reconnaître sa franche originalité, mais c’est aussi rouvrir courageusement la voie à la redécouverte d’un courant figuratif resté puissant tout au long du XXe siècle, en dépit de ceux qui nient son importance. Jean Hélion en demeure un maillon fort, notamment par ses combats qui reflètent non seulement toute la violence des querelles de chapelles mais celle d’un marché qui, après l’avoir porté aux nues, prétendit le mettre hors-jeu parce qu’il le troublait en préférant la vie.

Droites lignes et retour de bâton

Peut-on être un chantre majeur de l’abstraction dans les Années 30, proche de Mondrian, et revenir d’un coup à la figuration ? Sans problème, pensait le libre Jean Hélion. En quoi l’abstrait volage se trompait : critiques et galeristes le lui firent bien savoir et surtout payer. Et des problèmes, son revirement lui en valut, prix de ce qui parut une trahison à certains.

À commencer par ces Américains qui avaient si bien accueilli cet engagé volontaire de la modernité, et ce prisonnier de guerre évadé auteur d’un plébiscité They shall not have me. Pour ça, il disait vrai : personne en effet, pas plus ennemi qu’ami, ne pouvait se vanter de le retenir dans un camp. Sans crier gare, cet intime de Marcel Duchamp et de toute l’avant-garde en exil à New York, marié à la fille de Peggy Guggenheim, conseiller de la Galery of Living Art et de son promoteur de l’art moderne A.E. Gallatin, virait sa cuti et peignait des scènes de rue – pour mieux retomber dans l’impasse figurative, sans doute. Paris ne reconnaissait pas non plus l’ancien cubiste initié par Torres-Garcia ni le fondateur avec Théo Van Doesburg du groupe Arts Concret en 1929 puis d’Abstraction-Création avec Herbin et Vantongerloo, collectif ralliant entre autres Kupka, Mondrian, Kandinsky, Gleizes, Arp, disparate sans doute mais mû par une même religion de la géométrie que soudain il apostasiait crânement.

Il tint bon cependant, face à cette incompréhension assez unanime et payée de méventes. C’est peut-être à cette persévérance d’artiste en butte à un désamour soudain et durable que le Musée d’Art Moderne entend rendre hommage, osant de son côté braver un certain interdit qui frappe toujours le choix délibéré de la voie figurative dans l’art d’après-guerre. Pour Hélion c’était une nécessité intérieure, et assez impérieuse pour valoir des sacrifices. Homme de convictions, il n’en…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

À découvrir

Article réservé à nos abonnés Auguste Herbin, l’oiseau rare de l’abstrait, un chant à réentendre

Plus versicolore que versatile On ne pourra plus l’ignorer, ni feindre de l’oublier : le talent d’Herbin éclate ici sous toutes ses...
À découvrir

Article réservé à nos abonnés Ces liens que Lyon tisse au cœur du vivant

« Qu’un ami véritable est une douce chose »… La Fontaine a raison ; mais on dit aussi « qui aime bien...
À découvrir

Article réservé à nos abonnés Spécial Tendances – avril 2024

« On n’a pas deux fois l’occasion de faire une bonne première impression… » Si le professionnalisme de l’équipe dentaire contribue pour...
À découvrir

Le dentiste faisait le Guignol

Canut comme ses parents, puis marchand forain, Laurent Mourguet, né à Lyon le 3 mars 1769, devient, à 24 ans, arracheur de dents. Le...
À découvrir

Article réservé à nos abonnés Copies qu’on forme

Ados et robots : demain la veille Comment les questions sur la formation de l’identité de genre, au fil de l’apprentissage...
À découvrir

Article réservé à nos abonnés Antoine Le Roux de La Fondée, le dernier élève-associé de Pierre Fauchard

Depuis son arrivée à Paris, Pierre Fauchard (1679-1761) habitait l’hôtel de l’Alliance, au 14 de la rue des Fossés-Saint-Germain ;...