Le point sur les congés payés

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°27 - 7 juillet 2021 (page 38-41)
Information dentaire

Les dispositions en matière de congés payés sont nombreuses, et dans certains cas complexes en mettre œuvre. À la suite de la pandémie de Covid-19, de nouvelles mesures ont été introduites pour déroger aux règles d’ordre public et conventionnelles, suscitant de nouvelles questions. Après, avoir rappelé les règles générales, nous traiterons quelques points particuliers sous forme de questions/réponses.

Les salariés concernés

Les articles L 3141-1 et suivants du Code du travail fixent les règles en matière de congés payés.

Pour chaque mois de travail, le salarié acquiert 2,5 jours ouvrables de congé (30 jours annuels divisés par 12 mois). Pour les salariés travaillant moins d’un mois, le congé sera calculé au prorata du temps de travail.

En cas d’embauche en cours d’année, la période de référence débute à la même date que le début du contrat de travail.

Exemple : pour un salarié recruté le 1er/4/2021, la période de référence s’étendra du 1/4/2021 au 31/5/2021 et comportera deux mois (ouvrant droit à 5 jours de congé, si le décompte est réalisé en jours ouvrables, c’est le cas le plus fréquent, ou 4,16 jours s’il est réalisé en jours ouvrés).

En cas de rupture du contrat de travail, la période de référence se confond avec la date de la rupture effective du contrat, c’est-à-dire la fin du préavis. Sauf en cas d’inobservation du préavis par le salarié où la période de référence prend fin avec la notification du licenciement.

C’est à l’employeur qu’il revient de prendre l’initiative du congé (article D 3141-5) et, selon la Cour de cassation, « commet une faute l’employeur qui n’accorde pas spontanément à un travailleur le congé payé auquel il a droit » (Cass. Soc. 19/10/77). Par ailleurs, le congé doit être effectivement pris. Il doit permettre au salarié de se reposer ; des sanctions peuvent être prises à l’encontre de salariés qui effectuent des travaux rémunérés pendant leurs congés et des employeurs qui les occupent. L’indemnité compensatrice de congés payés ne peut pas se cumuler avec le salaire perçu sans interruption de travail (Cass. Soc. 5/09/87).

La durée des congés

La durée des congés est égale 2,5 jours par mois de travail effectif accompli au cours de l’année de référence. Si le nombre de jours ouvrables ainsi calculés n’est…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Vie du cabinet

Guide du cabinet de santé écoresponsable

Notre consœur Alice Baras publie le « Guide du cabinet de santé écoresponsable. Prendre soin de l’environnement pour la santé de chacun ». Destiné aux...
Vie du cabinet

Prison ferme pour escroquerie à l’Assurance maladie

Une ancienne dentiste a écopé, le 3 décembre, de deux ans de prison dont un ferme, cinq ans d’interdiction d’exercer et 30 000 €...
Vie du cabinet

Forfait d’aide à la modernisation du cabinet dentaire : déclaration à partir du 11 janvier 2022

Les indicateurs pour bénéficier du forfait annuel « d’aide à la modernisation et informatisation du cabinet », prévu à la l’article 32...
Vie du cabinet

Cotisation sociale : la notification du taux de cotisation AT/MP sera dématérialisée au 1er décembre

Le 1er décembre 2021, toutes les entreprises, quel que soit leur effectif, y compris les moins de 10 salariés, « devront...
Vie du cabinet

En 2020, le résultat net d’un cabinet dentaire représente 40 % de son chiffre d’affaires

Les cabinets dentaires ont dégagé en 2020 un résultat net moyen de 129 920 € en hausse de 8,9 %...
Vie du cabinet

Rayons ionisants : baisse de l’exposition des professionnels du dentaire selon l’IRSN

En 2020, 387 452 travailleurs ont été suivis dans le cadre de leurs activités professionnelles les exposant aux rayonnements ionisants...