Les logiciels médicaux, des dispositifs médicaux en puissance ?

  • Par
  • Publié le . Paru dans Biomatériaux Cliniques n°1 - 15 mars 2022 (page 86-87)
Information dentaire
Le numérique est bel et bien rentré dans le système de santé et connaît un véritable essor. Le contexte sanitaire a d’ailleurs favorisé les solutions numériques en réponse aux besoins accrus.

Ces dernières renvoient à un champ particulièrement diversifié qui ne cesse de croître en raison de leur nature technologique, de leurs principes et de leurs fonctionnalités. La stratégie d’accélération « Santé numérique » présentée en octobre dernier les a intégrées. Dans ce cadre, une enquête du ministère des Solidarités et de la Santé visait à collecter les besoins des entreprises du numérique en santé – fabricants de Dispositifs médicaux (DM) ou de Diagnostic in vitro (DIV) – par rapport aux exigences réglementaires.

Certaines solutions ou logiciels répondent au statut de dispositifs médicaux ou de Dispositifs médicaux de diagnostic in vitro (DM DIV). Ils ont d’abord une finalité diagnostique et thérapeutique, et donnent éventuellement un résultat propre à un patient tout en effectuant une action sur des données entrantes. Dans ce cas, ils sont susceptibles d’être qualifiés en tant que dispositif médical. Ils doivent, de ce fait, être marqués CE et attester de leur conformité à la réglementation applicable. Ils entrent dès lors dans le champ de surveillance de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM).

Visés dans l’article 2.1 du règlement européen (UE) 2017/745 relatif aux DM, les logiciels peuvent fonctionner seuls, être incorporés dans un DM ou être un accessoire destiné spécifiquement par son fabricant à être utilisé avec un dispositif pour permettre leur utilisation. Ils peuvent aussi être des dispositifs totalement actifs. C’est bien sûr la finalité donnée et décrite par le fabricant (selon notice, étiquetage ou documents promotionnels) qui caractérise l’aspect médical. Par exemple, un logiciel destiné à diagnostiquer une pathologie à partir d’une image devrait être un dispositif médical.

Mais tout ce qui est utilisé dans un contexte médical n’est pas forcément un dispositif médical. La qualification dépend toujours…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Vie de la profession

Alain Durand, nouveau président du Conseil national de l’Ordre des chirurgiens-dentistes

Après le renouvellement d’une partie de son Conseil national (12 sièges sur 24, élection du 6 juin), l’Ordre des chirurgiens-dentistes...
Vie de la profession

Nouvelle convention médicale

L’assurance maladie, les complémentaires santé et les syndicats médicaux ont signé le 4 juin une nouvelle convention médicale pour la période...
Vie de la profession

ADF 2024 : les inscriptions sont ouvertes

Les inscriptions au programme scientifique du Congrès de l’ADF 2024 sont ouvertes depuis le 10 juin. Nicolas Lehmann, son directeur scientifique,...
Vie de la profession

Création d’un double cursus « dentiste-ingénieur » à Saint-Etienne

L’École des Mines de Saint-Etienne proposera dès la rentrée 2024 une formation « dentiste-ingénieur », destinée aux étudiants en odontologie...
Vie de la profession

Activités et équipements des cabinets dentaires en 2023

En novembre et décembre 2023, l’UFSBD et le Comident, l’organisme qui rassemble les industriels du dentaire, ont lancé une enquête...
Vie de la profession

Remplacements partiels : précision de l’Ordre

À la suite de notre article concernant le souhait du Syndicat des femmes chirurgiens-dentistes (SFCD) de voir l’Ordre permettre la...