Leucoplasie orale et imiquimod

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°13 - 3 avril 2024 (page 4)
Information dentaire
Article analysé : Alhadlaq MA, Villa A, Sroussi H, Ikeda K, Veluppillai P, Treister N, Monreal AV, Vacharotayangul P, Lodolo M, Woo S-B. Novel management approach to oral leukoplakia: topical Imiquimod treatment. Oral Sur Oral Med Oral Pathol Oral Radiol 2023;136(5):e160.

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand des TLR 7 et 8. Cela lui confère ses propriétés antivirales en générant une synthèse accrue d’interféron alpha, de cytokines pro-inflammatoires (IL 1, 6 et 8) promouvant, entre autres, l’activation des cellules présentatrices d’antigènes, impliquées dans l’immunité antivirale (l’imiquimod est indiqué comme traitement local des condylomes ano-génitaux). Il agit également sur la voie des caspases favorisant l’apoptose cellulaire, ce qui lui confère des propriétés antitumorales (indication dans le traitement des petits carcinomes baso-cellulaires superficiels et de certaines formes de kératoses actiniques).

La leucoplasie orale (OL) est couramment traitée par excision chirurgicale. Cependant, cette prise en charge est invasive, potentiellement délabrante et difficile à proposer pour des lésions multifocales/prolifératives. Les approches non chirurgicales telles que la vitamine A, le tocophérol, le bêta-carotène ou la thérapie photodynamique ne donnent pas satisfaction.

Compte tenu de son efficacité prouvée sur certaines lésions précancéreuses et cancéreuses, les auteurs de cette étude partent sur le principe que l’imiquimod pourrait être un traitement non invasif prometteur pour le traitement des OL.

Afin de valider leur hypothèse, les auteurs ont analysé rétrospectivement les patients atteints d’OL (présentant une dysplasie (légère à modérée ou focalement sévère) ou une hyperkératose, localisée (dans 29,4 % des cas) ou multifocales/prolifératives (dans 70,6 % des cas)) traités par application topique d’une crème d’imiquimod à 5 % (en première intention (pour 64,7 % des cas) ou seconde intention après excision chirurgicale (20,6 %) ou injection de nivolumab dans le cadre d’un autre essai clinique (14,7 %)). Les données…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Crête osseuse atrophiée et reconstruction pré-implantaire : greffe autogène ou xénogène

Depuis son avènement au début des années 80, l’implantologie moderne connaît un développement continu et exponentiel grâce à une meilleure...
Revue de presse

Quand l’alpinisme inspire l’orthodontie

L’objectif de cet article est de présenter, sous la forme d’un cas clinique, un nouveau dispositif d’ancrage postérieur mandibulaire par...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Presse internationale : rencontre avec les Drs Sylvie Lê, Sara Laurencin-Dalicieux et Charlotte Thomas

Article commenté Lê S, Laurencin-Dalicieux S, Minty M, Assoulant-Anduze J, Vinel A, Yanat N, Loubieres P, Azalbert V, Diemer S,...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Adhésifs universels, vieillissement et dégradations

Depuis le collage amélaire décrit par Buonocore en 1955 puis les premiers succès du collage dentinaire au tout début des...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Nouvelle approche de la gestion de la leucoplasie orale

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...