Leucoplasies : une étude sur le risque de transformation maligne et la décision de biopsier

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°40 - 17 novembre 2021
Information dentaire

Article analysé

• Chaturvedi AK et al. Oral leukoplakia and risk of progression to oral cancer: A population-based cohort study. J Natl Cancer Inst 2020 ; 112 (10) : 1047-54.

Les cancers de la cavité buccale représentent la localisation la plus fréquente des cancers des voies aéro-digestives supérieures avec une incidence mondiale de 250 000 cas par an. Ces cancers sont à 90 % des carcinomes épidermoïdes qui se développent le plus souvent de novo. Mais parfois, ce cancer peut résulter de lésions à risque de transformation maligne.

Les leucoplasies sont les lésions buccales potentiellement malignes les plus communes.

Leur définition, proposée en 2007, a été confirmée très récemment, en 2020 : « Le terme de leucoplasie doit être utilisé pour définir une lésion à prédominance blanche présentant un risque discutable de transformation maligne après exclusion de toutes les affections ne présentant pas de risque de cancérisation » [1].
Le centre collaborateur de l’OMS pour les cancers de la cavité buccale dont émane cette définition a proposé les critères à considérer pour un diagnostic clinique de leucoplasie :

  • plage, plaque blanche qui ne peut être retirée au grattage ;
  • lésions circonscrites à bords bien délimités pour les leucoplasies homogènes ;
  • les leucoplasies non homogènes présentent typiquement des bords plus diffus, mal délimités et pouvant être associés à des aspects nodulaires +/- érythémateux ;
  • absence de signes évidents d’irritation chronique ;
  • lésion persistante et non réversible par élimination d’une cause apparente de traumatisme.

Mais les leucoplasies sont encore assez mal caractérisées, notamment sur leur taux de transformation maligne. Les indications de biopsie, la fréquence du suivi clinique nécessaire ne font pas l’objet de consensus.

Cette étude tente de répondre à ces différentes questions.

Elle a été réalisée en Californie grâce aux données de dossiers médicaux enregistrés par un système de soins informatisé qui regroupe environ 30 % des patients assurés. Il s’agit d’une étude…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Revue de presse

Lésions endo-parodontales et pronostic thérapeutique

Les lésions endo-parodontales sont caractérisées par une communication pathologique entre les tissus endodontiques et parodontaux donnant lieu à une expression...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Bruxisme et jeunes patients

En 2018, un consensus international est parvenu à définir le bruxisme de sommeil (i.e. BS ou SB pour sleeping bruxism)...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Gestion des patients atteints de maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes sous traitements immunosuppresseurs : une enquête des pratiques des chirurgiens-dentistes français

Contexte La fréquence des maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes (MICA) varie considérablement d’une population à l’autre, avec une prévalence dans...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Châssis de prothèse amovible : cobalt-chrome ou alliages de titane ?

En prothèse amovible à infra­structure métallique, les alliages Co-Cr constituent le matériau de choix par ses propriétés de résistance et...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasie orale et imiquimod

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...