Manet-Degas, Édouard et Edgar en miroir

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°19 - 10 mai 2023 (page 64-67)
Information dentaire

Une amitié d’une solidité À couper au couteau

Ils ont deux ans de différence, des caractères et des talents très différents, mais viennent du même milieu bourgeois, naviguent dans les mêmes eaux et traitent les mêmes sujets. Sont-ils amis ou rivaux ? Un proche parle d’« amitié ébranlée par une rivalité inévitable ». C’est certainement la vérité, qui pourtant ne résume pas tout de leur relation tumultueuse. À les approcher de très près comme à Orsay qui les confronte mieux que jamais, on sent que le principe qui l’anime est celui du « qui aime bien châtie bien » – surtout côté Degas. Le cadet admire l’aîné, l’aimera encore trente ans après sa mort, mais ne lui passe rien de son vivant. Il y a chez Degas de l’Alceste du Misanthrope (lui qu’on a dit plutôt misogyne). Un tempérament qui le pousse à la sincérité, au refus de ces ménagements dont l’amitié la plus forte a cependant besoin pour perdurer dans l’harmonie. Manet lui déplaît-il par son goût des mondanités, son succès auprès des femmes, ou le déçoit-il dans les voies et stratégies qu’il choisit ? Il le dit, le montre ou se détourne, boude, rumine. Ce qui vaut mieux, parfois, que ses réparties spirituelles mais cinglantes risquant de l’entraîner trop loin. C’est d’ailleurs ce même humour et le socle d’airain de l’amitié vraie qui l’amènent à se rabibocher après des fâcheries parfois longues, ne concevant pas, il l’avoue, « que l’on puisse rester mal avec Manet ». Il faut quand même reconnaître que, de son côté, l’autre n’y va pas avec le dos de la cuillère ; plutôt au couteau : mal satisfait de la représentation de sa femme dans le tableau du couple qu’offre leur ami, il la découpe, ne gardant que la partie où il apparaît – d’ailleurs du meilleur Degas. Lequel, muet de rage devant une telle violence, remporte son tableau, et en retour renvoie pour solde tout compte « les petites prunes »…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

À découvrir

Article réservé à nos abonnés Spécial Tendances – été 2024

De la douceur, de la légèreté, de la poésie… C’est ce à quoi vous invite ce dossier Tendances qui met en...
À découvrir

Article réservé à nos abonnés Les jeux dans les yeux, la photo, c’est du sport

Ode à l’ouverture, hymne à la paix Reportages de presse ou clichés d’anonymes, rien ne restitue mieux l’atmosphère des JO que...
À découvrir Actualité

Article réservé à nos abonnés Art et sport, nés pour faire corps

De toute antiquité, un état d’esprit C’est ancré dans nos têtes comme sur les vases grecs, Olympie est le berceau...
À découvrir

Article réservé à nos abonnés Auguste Herbin, l’oiseau rare de l’abstrait, un chant à réentendre

Plus versicolore que versatile On ne pourra plus l’ignorer, ni feindre de l’oublier : le talent d’Herbin éclate ici sous toutes ses...
À découvrir

Article réservé à nos abonnés Jean Hélion, l’abstrait dérouté par le déroulé de la vie

Droites lignes et retour de bâton Peut-on être un chantre majeur de l’abstraction dans les Années 30, proche de Mondrian, et revenir...
À découvrir

Article réservé à nos abonnés Ces liens que Lyon tisse au cœur du vivant

« Qu’un ami véritable est une douce chose »… La Fontaine a raison ; mais on dit aussi « qui aime bien...