Nice bénie des anges

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°21 - 27 mai 2020
Information dentaire
Ville de beauté, d’art et d’histoire de toute éternité (400 000 ans av. J.-C.), Nice réserve comme à l’accoutumée à ses visiteurs une saison culturelle riche, qu’une réouverture maîtrisée devrait bientôt rendre accessible, notamment dans les musées d’Archéologie Nice Cimiez, d’Art naïf, de Préhistoire Terra Amata, de la Photographie, de même que le Museum d’histoire naturelle, le Palais Lascaris et L’Artistique (selon un communiqué du maire le 9 mai). Certains hauts lieux s’ouvrent d’ores et déjà aux visiteurs, autour d’expositions et de collections qui font la part belle à de grands amoureux de la ville, niçois de cœur comme Henri Matisse ou Marc Chagall, ou de naissance comme Yves Klein ou Ben…

Dans l’œil bleu de Matisse

Matisse n’est pas né peintre à Nice, mais, très sensible aux rapports intérieur/extérieur, il y a épanoui une créativité régénérée au sortir de la Grande Guerre par l’entrée dans ses toiles de cette lumière unique émanée de la mer, de la pinède, de la montagne. La fenêtre, motif central de son œuvre, c’est bien là qu’il l’a vraiment ouverte : en grand sur les matins éblouissants et les nuits embaumées, ou à demi sur les jardins assoupis dans la douceur d’après-midi, à l’abri des jalousies zébrant d’or l’ombre fraîche de la chambre. Matisse, Nice… la rime est si naturelle et évocatrice qu’il suffit de la prononcer en fermant les yeux pour sentir monter en soi l’harmonie inimitable de ses toniques inattendues parmi ses dominantes renversées.

Matisse, c’est la musique, petite la nuit – ou parfois syncopée comme le jazz –, symphonique au grand jour. Ses cordes au premier plan en font entendre assez l’importance – même s’il ne voyait le violon qu’en ultime plan pour lui, en cas de cécité. À Nice, le peintre s’est mis au diapason du rapport de composition que la vie méridionale entretient avec l’espace naturel ou bâti. L’ouvert et le clos, l’au-dehors et l’en-dedans, le public et l’intime ne s’y opposent pas avec rigueur mais s’interpénètrent subtilement, via l’entrelacs des venelles, des cours, des placettes, des tonnelles, des jardins, des patios, des balcons. Vers son ciel d’azur grimpe la plante arborescente, monte la chanson qui court les rues, l’appel d’une voix colorée, d’une mélodie enveloppante, la volute d’un parfum suave ou d’un effluve salin. Sur ses promenades se croisent les figures les plus pittoresques d’une ville cosmopolite.

Matisse, l’homme du Nord, est séduit comme tant de peintres par cette vie chatoyante, mais surtout stimulé par l’écho particulier qu’elle offre à ses propres recherches, partout poursuivies…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Régions

Auvergne-Rhône-Alpes : les chirurgiens-dentistes veulent pouvoir effectuer des tests salivaires Covid sur les patients

Les chirurgiens-dentistes d’Auvergne-Rhône-Alpes, viennent d’organiser une première opération de dépistage de groupe avec des autotests salivaires oropharyngés, a fait savoir...