Plan d’occlusion : préférences esthétiques

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire
Information dentaire

Le plan d’occlusion, vu de face, devrait être parallèle à une référence faciale horizontale telle que la ligne bi-pupillaire ou la ligne inter-commissurale, pour une harmonie esthétique. Une différence d’inclinaison entre ces deux lignes repères est fréquente, ce qui conduit le praticien à s’interroger sur la référence à choisir.
Cette étude avait pour but de déterminer les préférences de profanes pour ce qui concerne l’orientation du plan occlusal dans le cas de discordance des lignes repères.
 
À partir d’un modèle numérique précédemment créé présentant un parallélisme des trois plans, utilisé comme témoin, il a été réalisé un nouveau modèle présentant un angle de 3° entre la ligne bi-pupillaire et la ligne intercommissurale. À partir de ce nouveau modèle, trois orientations du plan occlusal ont été numériquement créées : parallèle à la ligne bi-pupillaire (A), parallèle à la ligne inter-commissurale (B) et dans une orientation intermédiaire à ces deux dernières (C). Ces trois images, ainsi que l’image témoin, ont été présentées à 247 personnes profanes, à travers une enquête réalisée par Internet, en leur demandant quelle image leur semblait la plus agréable.
 
L’image témoin, avec un parallélisme des trois lignes, a été préférée par plus de 70 % des participants, comparée aux trois autres images présentant une angulation entre les deux lignes repères. Parmi les trois autres propositions, environ 60 % préféraient une orientation du plan d’occlusion inclinée par rapport à la ligne bi-pupillaire (groupes B et C) plutôt que parallèle à celle-ci (groupe A) et, parmi ceux-ci, 60 % préféraient un plan d’occlusion parallèle à la ligne intercommissurale plutôt qu’à une orientation intermédiaire.
 
En conclusion, si le profane préfère un visage dont les lignes bi-pupillaires, intercommissurales et transversales du plan d’occlusion coïncident, lorsque les lignes repères divergent, le choix se porte sur un plan d’occlusion incliné par rapport à la ligne bi-pupillaire et se rapprochant ou coïncidant avec la ligne intercommissurale. Le degré d’inclinaison devrait être affiné individuellement.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Revue de presse

Lésions endo-parodontales et pronostic thérapeutique

Les lésions endo-parodontales sont caractérisées par une communication pathologique entre les tissus endodontiques et parodontaux donnant lieu à une expression...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Bruxisme et jeunes patients

En 2018, un consensus international est parvenu à définir le bruxisme de sommeil (i.e. BS ou SB pour sleeping bruxism)...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Gestion des patients atteints de maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes sous traitements immunosuppresseurs : une enquête des pratiques des chirurgiens-dentistes français

Contexte La fréquence des maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes (MICA) varie considérablement d’une population à l’autre, avec une prévalence dans...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Châssis de prothèse amovible : cobalt-chrome ou alliages de titane ?

En prothèse amovible à infra­structure métallique, les alliages Co-Cr constituent le matériau de choix par ses propriétés de résistance et...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasie orale et imiquimod

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...