Risques sanitaires des JO 2024 vus par l’infectiologue : tout est prévu, sauf l’imprévisible ?

  • Par
  • Publié le . Paru dans Parodontologie Implantologie Orale, un nouveau regard n°2 - 15 mai 2024 (page 72-74)
Information dentaire

L’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques (JOP) du 26 juillet au 8 septembre 2024 en France, premiers jeux de l’ère post-Covid, provoquera un afflux exceptionnel d’athlètes, de délégations et de public, avec notamment 10 500 athlètes olympiques et 4 350 athlètes paralympiques, 45 000 volontaires, sans compter 12 millions de spectateurs et 25 000 journalistes, le tout étalé sur 39 sites olympiques, dont 15 en Île-de-France. À l’heure où s’écrivent ces lignes, les craintes sont tournées légitimement vers le terrorisme islamiste. Quoi qu’il en soit, c’est un casse-tête pour classifier les risques imprévisibles ou prévus qui, du strict point de vue de la Lettre de l’Infectiologue, vont du bioterrorisme à une poussée d’arboviroses autochtones, en passant par les IST dans le sillage de l’effort ou de l’ambiance « fan zone » [1-5]. La liste des risques associés à cet événement mondial est vertigineuse : pas moins de « 261 risques » selon la très secrète « analyse nationale des risques (ANR) » des autorités françaises (document classifié mais cité par la Cour des comptes dans son rapport de juin 2023). Chaque risque recensé dans l’ANR est décliné en scénarios auxquels est associé un degré de criticité qui dépend de sa plausibilité ; à chaque scénario sont associées des contre-mesures destinées à réduire sa probabilité d’occurrence et à atténuer ses conséquences en cas de survenance. La dernière version du rapport mentionne ainsi 261 risques et plus de 1 500 contre-mesures.

Difficile à l’heure où j’écris de savoir où est la faille. En menant l’enquête auprès de la direction de l’AP-HP, du COREB ou de la Direction des Services des Jeux de Paris 2024*, tout semble sous contrôle. Les interlocuteurs s’entendent sur le risque majeur que constitue la cérémonie d’ouverture le long de la Seine en termes d’attentat, notamment biologique…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Santé publique

81,5 ans : l’espérance de vie en Europe

Selon les statistiques publiées par Eurostat, l’office statistique de l’Union européenne, en 2023, l’espérance de vie à la naissance dans l’Union est...
Santé publique

L’OMS Europe appelle à la vaccination contre la rougeole

« Tous les pays doivent prendre des mesures immédiates afin de vacciner les personnes vulnérables, de remédier aux déficits d’immunité et d’empêcher ainsi...
Santé publique

Lutte contre les maladies non transmissibles : l’OMS s’en prend aux industriels

L’OMS Europe appelle les gouvernements des Etats du continent à contrer les stratégies des industriels qui « interférent et influent sur...
Santé publique

Violences sexuelles et sexistes : premières mesures gouvernementales pour le secteur santé

Le ministère de la Santé a présenté le 31 mai « une première série de mesures concrètes » pour prévenir...
Santé publique

Bonne tenue globale de la vaccination en 2023

L’adhésion et le recours à la vaccination sont en hausse en France, constate Santé publique France (SPF) à l’occasion de...
Santé publique

Journée mondiale sans tabac : « Protéger les enfants de l’ingérence de l’industrie du tabac »

« Protéger les enfants de l’ingérence de l’industrie du tabac », sera le thème de la « Journée mondiale sans tabac » du 31...