Rôle de l’occlusion dans l’étiologie des maladies parodontales : revue de littérature

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°38 - 2 novembre 2022
Information dentaire
Article analysé
• Article analysé : Brocard D, Giovannoli JL. Rôle de l’occlusion dans l’étiologie des maladies parodontales : revue de littérature. Réal Clin 2020 ; 31 (1) : 41-6.

L’objectif de cet article, rédigé par Daniel Brocard et Jean-Louis Giovannoli, respectivement anciens présidents du Collège National d’Occlusodontologie en Aquitaine (CNO Aquitaine) et de la Société Française de Parodontologie (SFPIO actuellement), est de faire un état des connaissances actuelles, au travers d’une revue de littérature, sur le rôle des forces occlusales traumatiques dans l’initiation et la progression de la parodontite.

Si la parodontite, par définition, est une maladie d’origine infectieuse, les auteurs mentionnent qu’il existe depuis longtemps une controverse sur le rôle de l’occlusion dans le développement et/ou la progression des maladies parodontales, tant pour les gingivites que pour les parodontites.

Après avoir rappelé qu’une force occlusale traumatique chronique est une force qui dépasse la capacité d’adaptation du parodonte, qu’il soit sain ou réduit par une maladie parodontale, les auteurs font remarquer que le frémitus peut en être l’expression clinique significative visible ou palpable. En fonction de la localisation et de la gravité des lésions, et à une échelle histologique, des zones de pression et de tension pourront être observées, causées par l’ampleur et la direction des forces appliquées.

Ainsi, la réponse adaptative du parodonte pourra montrer des signes, par exemple, de nécrose du desmodonte, de résorption osseuse ou plus rarement radiculaire, dans les zones de pression, et des signes d’allongement des fibres desmodontales et d’apposition d’os alvéolaire et cément dans les zones de tension. La mobilité de la dent étant alors entraînée par une diminution de la densité de l’os alvéolaire associée à l’augmentation de la largeur, radiographiquement contrôlable, de l’espace ligamentaire parodontal.

Historiquement, les auteurs rappellent que l’effet combiné du traumatisme occlusal et de l’inflammation induite par la plaque bactérienne était…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Chirurgie conservatrice ou radicale dans les améloblastomes

Le but de cette étude était d’évaluer les résultats des thérapeutiques chirurgicales radicales et conservatrices des améloblastomes uni et multiloculaires...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Halitose et parodontite

La parodontite est de ces maladies chroniques qui se développent à bas bruit et dont les effets, souvent irréversibles, apparaissent...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Liens bidirectionnels entre troubles du sommeil et douleurs oro-faciales chroniques

Le CNO contribue à la transmission d’informations et de formations dans le domaine de l’occlusodontologie bucco-dentaire, et analyse les évolutions...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Intelligence artificielle et détection des caries

L’année 2023 que nous venons d’abandonner fut celle de l’avènement des intelligences artificielles dans tous les domaines d’activité. Plus particulièrement,...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Agénésie de la troisième molaire et sa relation avec l’architecture crânio-faciale

Objectif : Les auteurs ont récemment montré une réduction significative de la dimension du maxillaire, de la mandibule et de...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Facteurs influençant la réussite de l’éruption de la troisième molaire maxillaire après l’extraction de la deuxième molaire maxillaire

Objectif : Cette étude visait à évaluer la position finale de la troisième molaire maxillaire ayant fait éruption spontanément après...