Rôle de l’occlusion dans l’étiologie des maladies parodontales : revue de littérature

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°38 - 2 novembre 2022
Information dentaire
Article analysé
• Article analysé : Brocard D, Giovannoli JL. Rôle de l’occlusion dans l’étiologie des maladies parodontales : revue de littérature. Réal Clin 2020 ; 31 (1) : 41-6.

L’objectif de cet article, rédigé par Daniel Brocard et Jean-Louis Giovannoli, respectivement anciens présidents du Collège National d’Occlusodontologie en Aquitaine (CNO Aquitaine) et de la Société Française de Parodontologie (SFPIO actuellement), est de faire un état des connaissances actuelles, au travers d’une revue de littérature, sur le rôle des forces occlusales traumatiques dans l’initiation et la progression de la parodontite.

Si la parodontite, par définition, est une maladie d’origine infectieuse, les auteurs mentionnent qu’il existe depuis longtemps une controverse sur le rôle de l’occlusion dans le développement et/ou la progression des maladies parodontales, tant pour les gingivites que pour les parodontites.

Après avoir rappelé qu’une force occlusale traumatique chronique est une force qui dépasse la capacité d’adaptation du parodonte, qu’il soit sain ou réduit par une maladie parodontale, les auteurs font remarquer que le frémitus peut en être l’expression clinique significative visible ou palpable. En fonction de la localisation et de la gravité des lésions, et à une échelle histologique, des zones de pression et de tension pourront être observées, causées par l’ampleur et la direction des forces appliquées.

Ainsi, la réponse adaptative du parodonte pourra montrer des signes, par exemple, de nécrose du desmodonte, de résorption osseuse ou plus rarement radiculaire, dans les zones de pression, et des signes d’allongement des fibres desmodontales et d’apposition d’os alvéolaire et cément dans les zones de tension. La mobilité de la dent étant alors entraînée par une diminution de la densité de l’os alvéolaire associée à l’augmentation de la largeur, radiographiquement contrôlable, de l’espace ligamentaire parodontal.

Historiquement, les auteurs rappellent que l’effet combiné du traumatisme occlusal et de l’inflammation induite par la plaque bactérienne était…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Tabac et santé orale

Nous n’apprendrons rien à personne en annonçant que le tabac n’est pas bon pour les muqueuses buccales, les dents et...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Physiopathologie de la sensibilité occlusale

Dans cette revue de presse, nous avons décidé de mettre en lumière un article du Professeur Olivier Robin sur la...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Réhabilitations dentaires, flux numériques personnalisés et perspectives

Chaque nouvelle année civile marque un point de départ, ou de nouveau départ, propice à des résolutions ou de nouveaux...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Tétines et malocclusion

Le crépuscule de cette année 2022 fait suite, pour beaucoup d’entre nous, à une période de travail intense depuis les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Ostéotomie segmentaire : intérêt de l’utilisation d’un guide de coupe et de positionnement implantaire

Les techniques d’impression 3D sont aujourd’hui utilisées en routine en chirurgie orale pour de nombreuses indications avec, en premier lieu,...
Revue de presse

Interface des piliers implantaires et attache gingivale

L’avènement de l’implantologie moderne a considérablement modifié les possibilités de traitement des édentements, en particulier au cours des décennies 90...