Techniques de régénération pulpaire : survie et guérison au rendez-vous, mais continuer à évaluer l’édification radiculaire

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°20 - 19 mai 2021
Information dentaire
Article analysé : Ong TK et coll. Quantitative assessment of root development after regenerative endodontic therapy: a systematic review and meta-analysis. J Endod 2020 ; 46 (12) : 1856-66.

L’objectif d’un traitement endodontique de la dent permanente immature nécrosée vise à réduire la charge bactérienne intracanalaire afin d’obtenir la guérison, mais aussi de promouvoir l’édification radiculaire alors encore incomplète.

Dans ce but, les techniques de revascularisation viennent peu à peu remplacer les techniques d’apexification traditionnelles.

En 2020, une équipe du Wisconsin a réalisé une méta-analyse dans le but d’évaluer les taux de survie, de guérison et de poursuite de l’édification radiculaire des thérapeutiques de régénération endodontique.

Sur un total de 2 608 articles potentiels provenant de 6 bases de données médicales, 11 ont été retenus : 3 essais cliniques randomisés, 6 études de cohorte prospectives et 2 études de cohorte rétrospectives, ces dernières étant les seules montrant un haut niveau de preuve.

En se fondant sur un échantillon de 289 dents, le taux de survie a été évalué à 97,32 % et le taux de guérison à 93 %.

Concernant la poursuite de l’édification radiculaire, les critères évalués ont été pluriels et les taux de succès variés : l’allongement des racines (77,3 %), l’épaississement des racines (90,6 %) et la fermeture apicale (79,1 %).

Les taux de survie et de guérison évalués dans cette méta-analyse sont similaires à ceux des méta-analyses précédentes et viennent donc confirmer l’utilité de cette thérapeutique, à la fois efficace et prédictible.

Cependant, en ce qui concerne les critères d’édification radiculaire, les données sont cohérentes, mais les résultats sont bien inférieurs si l’on situe le succès à des mesures d’allongement et d’épaississement des racines immatures supérieures à 20 % : si le taux de fermeture apicale reste bon, ceux d’allongement (16,1 %) et d’épaississement (39,8) chutent drastiquement. Or, ce taux d’accroissement de 20 %, même si ce seuil reste arbitraire, permettrait…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Bridge collé mono-ailette : l’origine

Cette semaine, votre revue L’Information Dentaire consacre un dossier complet au bridge collé mono-ailette. Si ce concept est souvent attribué...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Restaurations partielles collées indirectes et scellement dentinaire immédiat

Né au milieu des années 1990, le concept du scellement dentinaire immédiat (SDI, ou IDS en anglais pour Immediate Dentin...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Similitudes entre Covid-19 et lésions radio-induites

Le corollaire de l’émergence d’une nouvelle maladie est l’inexistence, à ses débuts, de traitement approuvé par les autorités sanitaires. Ainsi,...
Revue de presse

Pilier zircone ou titane et connexion implanto-prothétique : effet des contraintes occlusales

La connexion implanto-prothétique constitue, de fait, le centre névralgique de la relation implant-prothèse. C’est aussi le lieu de différents types...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sialopathies obstructives de la glande submandibulaire: proposition de classification

Koch et al. présentent une étude rétrospective monocentrique incluant 314 patients atteints d’une sialopathie obstructive de la glande submandibulaire, de...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Revue de presse et choix des articles rapportés : décryptage des enjeux de la littérature internationale

Comme chaque année, la rentrée de septembre marque un nouveau départ pour la rubrique Revue de presse internationale que nous...