Techniques de régénération pulpaire : survie et guérison au rendez-vous, mais continuer à évaluer l’édification radiculaire

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°20 - 19 mai 2021
Information dentaire
Article analysé : Ong TK et coll. Quantitative assessment of root development after regenerative endodontic therapy: a systematic review and meta-analysis. J Endod 2020 ; 46 (12) : 1856-66.

L’objectif d’un traitement endodontique de la dent permanente immature nécrosée vise à réduire la charge bactérienne intracanalaire afin d’obtenir la guérison, mais aussi de promouvoir l’édification radiculaire alors encore incomplète.

Dans ce but, les techniques de revascularisation viennent peu à peu remplacer les techniques d’apexification traditionnelles.

En 2020, une équipe du Wisconsin a réalisé une méta-analyse dans le but d’évaluer les taux de survie, de guérison et de poursuite de l’édification radiculaire des thérapeutiques de régénération endodontique.

Sur un total de 2 608 articles potentiels provenant de 6 bases de données médicales, 11 ont été retenus : 3 essais cliniques randomisés, 6 études de cohorte prospectives et 2 études de cohorte rétrospectives, ces dernières étant les seules montrant un haut niveau de preuve.

En se fondant sur un échantillon de 289 dents, le taux de survie a été évalué à 97,32 % et le taux de guérison à 93 %.

Concernant la poursuite de l’édification radiculaire, les critères évalués ont été pluriels et les taux de succès variés : l’allongement des racines (77,3 %), l’épaississement des racines (90,6 %) et la fermeture apicale (79,1 %).

Les taux de survie et de guérison évalués dans cette méta-analyse sont similaires à ceux des méta-analyses précédentes et viennent donc confirmer l’utilité de cette thérapeutique, à la fois efficace et prédictible.

Cependant, en ce qui concerne les critères d’édification radiculaire, les données sont cohérentes, mais les résultats sont bien inférieurs si l’on situe le succès à des mesures d’allongement et d’épaississement des racines immatures supérieures à 20 % : si le taux de fermeture apicale reste bon, ceux d’allongement (16,1 %) et d’épaississement (39,8) chutent drastiquement. Or, ce taux d’accroissement de 20 %, même si ce seuil reste arbitraire, permettrait…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Chirurgie conservatrice ou radicale dans les améloblastomes

Le but de cette étude était d’évaluer les résultats des thérapeutiques chirurgicales radicales et conservatrices des améloblastomes uni et multiloculaires...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Halitose et parodontite

La parodontite est de ces maladies chroniques qui se développent à bas bruit et dont les effets, souvent irréversibles, apparaissent...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Liens bidirectionnels entre troubles du sommeil et douleurs oro-faciales chroniques

Le CNO contribue à la transmission d’informations et de formations dans le domaine de l’occlusodontologie bucco-dentaire, et analyse les évolutions...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Intelligence artificielle et détection des caries

L’année 2023 que nous venons d’abandonner fut celle de l’avènement des intelligences artificielles dans tous les domaines d’activité. Plus particulièrement,...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Agénésie de la troisième molaire et sa relation avec l’architecture crânio-faciale

Objectif : Les auteurs ont récemment montré une réduction significative de la dimension du maxillaire, de la mandibule et de...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Facteurs influençant la réussite de l’éruption de la troisième molaire maxillaire après l’extraction de la deuxième molaire maxillaire

Objectif : Cette étude visait à évaluer la position finale de la troisième molaire maxillaire ayant fait éruption spontanément après...