Tests de sensibilité pulpaire et prise d’antalgique

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°8 - 22 février 2023 (page 4-5)
Information dentaire

Article analysé

• Sooratgar A, Khavanin N, Dibaji F, Asadi Y, Kharazifard M. Evaluation of the effect of common analgesics on pulpal sensibility tests: A clinical trial. J Endod 2023 Jan 16:S0099-2399(23)00005-5. Online ahead of print.

La prise en charge des urgences fait partie intégrante de l’exer­cice courant des chirurgiens-­dentistes. Ses objectifs prin­cipaux sont le soulagement de la douleur et la préservation de toute perte de chance pour un patient qui vient le plus souvent bouleverser l’organisation d’une journée de soins bien planifiée. Dans un temps de prise en charge forcément très limité, il est capital, avant toute action, de poser le bon diagnostic. Il ne s’impose pas toujours de manière évidente et repose sur une bonne analyse des signes cliniques, radiologiques, confrontée aux données de l’anamnèse. Parmi les urgences incontournables qui poussent le patient à consulter, les douleurs pulpaires demandent une prise de décision concernant la préservation de la vitalité de la dent basée sur l’évaluation de la réversibilité de la pulpite. Les auteurs de l’étude clinique rapportée nous rappellent que le test au froid est le plus communément employé pour le diagnostic de la pulpite et pour l’identification de la dent symptomatique. L’absence de la réplication de sensibilités exacerbées au moment de ce test peut poser des difficultés de prise en charge et conduire le chirurgien-dentiste qui doute à différer un acte de soulagement pulpaire (pulpotomie en attente de pulpectomie complète, Ndlr) au risque de donner lieu à des complications encore plus importantes pour le patient.

Les auteurs suggèrent que la prise d’antalgiques préalable à la consultation serait susceptible d’influencer négativement la réponse aux tests de sensibilité et de fausser le diagnostic du praticien. Ils indiquent que plus de 80 % des patients consultant pour des douleurs pulpaires modérées à sévères ont pris des antalgiques et que 65 % de ces cas se déclarent avoir été soulagés par ces médicaments. Considérant leur hypothèse, ils ont mené une étude clinique contrôlée randomisée afin d’évaluer l’effet des deux antalgiques les plus…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasie orale et imiquimod

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Crête osseuse atrophiée et reconstruction pré-implantaire : greffe autogène ou xénogène

Depuis son avènement au début des années 80, l’implantologie moderne connaît un développement continu et exponentiel grâce à une meilleure...
Revue de presse

Quand l’alpinisme inspire l’orthodontie

L’objectif de cet article est de présenter, sous la forme d’un cas clinique, un nouveau dispositif d’ancrage postérieur mandibulaire par...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Presse internationale : rencontre avec les Drs Sylvie Lê, Sara Laurencin-Dalicieux et Charlotte Thomas

Article commenté Lê S, Laurencin-Dalicieux S, Minty M, Assoulant-Anduze J, Vinel A, Yanat N, Loubieres P, Azalbert V, Diemer S,...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Adhésifs universels, vieillissement et dégradations

Depuis le collage amélaire décrit par Buonocore en 1955 puis les premiers succès du collage dentinaire au tout début des...