Tisser du lien

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°20 - 20 mai 2020

Maison Duvelleroy, Marie Dumas, éventail, Paris, vers 1890.

Information dentaire

Sur un air d’Arlésienne

Longtemps attendue, débattue, fantasmée, la préconisation du masque est là. Tout a été dit sur son utilité. Quant à son acceptation – ultime question au fond –, la réponse demeure en large part aux mains de chacun, et sous sa responsabilité. Le port d’un masque dans l’espace public est inédit pour notre société, contrairement à l’Asie. Nous n’en avions ni l’expérience ni la culture ; hier encore il paraissait insolite, voire incongru, dans nos rues, où il surprenait le regard. En quelques semaines, ce regard a considérablement évolué. Le pays tout entier confiné s’est, dans cet intervalle, partagé entre ceux qui, effrayés, rebutés, sceptiques, excédés, désinvoltes ou inconscients, ne le voient pas d’un bon œil, et ceux qui ne se voient pas sortir sans en porter un, au nom d’un « principe de précaution » confusément ressenti et in fine intuitivement auto décrété. Car, en définitive, tout est affaire ici de credo personnel, l’opinion ayant, au fil d’un temps jugé trop long, perdu confiance dans une doctrine tout aussi introuvable que les masques.

Ce discrédit de la parole officielle pousse chacun à se familiariser à sa façon avec un objet inconnu qu’il vaut mieux apprivoiser et dédramatiser tant que l’on va devoir vivre avec.

L’adoption de ce nouveau comportement, parfois décrit comme une révolution culturelle, un changement anthropologique, s’est opérée de diverses manières : certains en ont simplement pris leur parti, d’autres, soit pénurie soit défi, ont eu l’idée d’en tirer parti. Se retroussant les manches, exhumant une machine oubliée et écumant la toile, ils se sont montrés créatifs pour en faire un accessoire un peu sexy, voire arty, en tout cas personnel.

De leur côté, des maisons de couture, des centres de métiers d’art, des musées, ont répondu à cette tendance. Sans attendre l’Arlésienne d’un modèle standard ne promettant…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

À découvrir

Article réservé à nos abonnés Jean Hélion, l’abstrait dérouté par le déroulé de la vie

Droites lignes et retour de bâton Peut-on être un chantre majeur de l’abstraction dans les Années 30, proche de Mondrian, et revenir...
À découvrir

Article réservé à nos abonnés Ces liens que Lyon tisse au cœur du vivant

« Qu’un ami véritable est une douce chose »… La Fontaine a raison ; mais on dit aussi « qui aime bien...
À découvrir

Article réservé à nos abonnés Spécial Tendances – avril 2024

« On n’a pas deux fois l’occasion de faire une bonne première impression… » Si le professionnalisme de l’équipe dentaire contribue pour...
À découvrir

Le dentiste faisait le Guignol

Canut comme ses parents, puis marchand forain, Laurent Mourguet, né à Lyon le 3 mars 1769, devient, à 24 ans, arracheur de dents. Le...
À découvrir

Article réservé à nos abonnés Copies qu’on forme

Ados et robots : demain la veille Comment les questions sur la formation de l’identité de genre, au fil de l’apprentissage...
À découvrir

Article réservé à nos abonnés Antoine Le Roux de La Fondée, le dernier élève-associé de Pierre Fauchard

Depuis son arrivée à Paris, Pierre Fauchard (1679-1761) habitait l’hôtel de l’Alliance, au 14 de la rue des Fossés-Saint-Germain ;...