Tisser du lien

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°20 - 20 mai 2020

Maison Duvelleroy, Marie Dumas, éventail, Paris, vers 1890.

Information dentaire

Sur un air d’Arlésienne

Longtemps attendue, débattue, fantasmée, la préconisation du masque est là. Tout a été dit sur son utilité. Quant à son acceptation – ultime question au fond –, la réponse demeure en large part aux mains de chacun, et sous sa responsabilité. Le port d’un masque dans l’espace public est inédit pour notre société, contrairement à l’Asie. Nous n’en avions ni l’expérience ni la culture ; hier encore il paraissait insolite, voire incongru, dans nos rues, où il surprenait le regard. En quelques semaines, ce regard a considérablement évolué. Le pays tout entier confiné s’est, dans cet intervalle, partagé entre ceux qui, effrayés, rebutés, sceptiques, excédés, désinvoltes ou inconscients, ne le voient pas d’un bon œil, et ceux qui ne se voient pas sortir sans en porter un, au nom d’un « principe de précaution » confusément ressenti et in fine intuitivement auto décrété. Car, en définitive, tout est affaire ici de credo personnel, l’opinion ayant, au fil d’un temps jugé trop long, perdu confiance dans une doctrine tout aussi introuvable que les masques.

Ce discrédit de la parole officielle pousse chacun à se familiariser à sa façon avec un objet inconnu qu’il vaut mieux apprivoiser et dédramatiser tant que l’on va devoir vivre avec.

L’adoption de ce nouveau comportement, parfois décrit comme une révolution culturelle, un changement anthropologique, s’est opérée de diverses manières : certains en ont simplement pris leur parti, d’autres, soit pénurie soit défi, ont eu l’idée d’en tirer parti. Se retroussant les manches, exhumant une machine oubliée et écumant la toile, ils se sont montrés créatifs pour en faire un accessoire un peu sexy, voire arty, en tout cas personnel.

De leur côté, des maisons de couture, des centres de métiers d’art, des musées, ont répondu à cette tendance. Sans attendre l’Arlésienne d’un modèle standard ne promettant…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

À découvrir

Article réservé à nos abonnés Turner, plein soleil sur l’ineffable

L’aquarelliste prodige Apprenti dessinateur et coloriste dans l’âme, Turner réalise dès l’adolescence des aquarelles topographiques pour des architectes. On lui...
À découvrir

Article réservé à nos abonnés Zan Bragetta, charlatan de la fin du XVIe siècle

Musée Virtuel de l’Art Dentaire (MVAD) C’est en Italie qu’apparaissent les premiers empiriques, aux XIIe et XIIIe siècles, puis les...
À découvrir

Nouveau sur IdWeblogs !

Découvrez un format inédit, original et pédagogique sur le blog Endodontie, réalisé conjointement avec EndoAcadémie. Son nom : le test...
À découvrir

3e roman pour notre confrère Patrick Taisne Nguyên

« Mai pleure, comme elle pleure chaque soir depuis que nous sommes à Bangkok. A trois ans, elle semble avoir...
À découvrir

Un cabinet dentaire de la ligne Maginot

Au lendemain de la première Guerre mondiale, face à la montée en puissance d’Hitler et de Mussolini, la France décide...
À découvrir

Le rêve, roi des Belges

Amitiés de Belgique Vite ! Sautez dans le Thalys, dimanche s’achève à Bruxelles l’exposition de la très talentueuse artiste multimédia Agnès...