Traitement orthodontique habituel après condylectomie chez les patients présentant une hyperplasie condylienne unilatérale active

  • Publié le . Paru dans L'Orthodontiste n°2 - 15 avril 2022 (page 17)
Information dentaire
Li Y, Zheng Y, Cai H, Meng Q, Fang W, Ke J, Long X, Chen G. Standard orthodontic treatment after condylectomy for patients with active unilateral condylar hyperplasia. Am J Orthod Dentofacial Orthop 2022;161(3):404-15.

L’Hyperplasie condylienne unilatérale (HCU) est une croissance progressive, excessive et non néoplasique du condyle de l’articulation temporomandibulaire. Elle entraîne une asymétrie faciale, une malocclusion et des symptômes de dysfonctionnements temporomandibulaires. Le traitement conventionnel d’une HCU active associe une chirurgie orthognathique par condylectomie haute et un traitement orthodontique, pour lequel il existe à ce jour divers protocoles. L’objectif de cette étude rétrospective était de promouvoir la popularité du traitement orthodontique associé à la condylectomie, en proposant une nouvelle méthode pour corriger l’asymétrie de l’HCU active.

Rétrospectivement, 47 patients présentant une HCU active ont été répartis en trois groupes : type horizontal, type vertical et type combiné, selon la classification d’Obwegeser et Makek. Tous les patients ont été traités par une condylectomie et un traitement Orthodontique standard post-chirurgical (OHPC) avec recours à des minivis implantées dans la crête infrazygomatique et le palais dur pour ingresser les molaires maxillaires du côté affecté. Du côté controlatéral, des élastiques intermaxillaires ont été portés pendant environ 3-4 mois, tendus entre les faces vestibulaires des molaires maxillaires et les faces linguales des molaires mandibulaires. Une tomographie à faisceau conique a été réalisée avant et après l’opération, ainsi qu’à la fin du traitement orthodontique (T3).

Dans les groupes avec type vertical (n = 10) et type combiné (n = 28), la déviation du menton et l’inclinaison de la mandibule et du plan occlusal maxillaire ont été significativement réduites à T3. Les différences de torque entre les deux premières molaires maxillaires et entre les deux premières molaires mandibulaires ont été significativement réduites à T3. Les espaces articulaires antérieurs, supérieurs et postérieurs dans les groupes avec type…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sécuriser ses décisions thérapeutiques

L’exercice quotidien d’omnipratique nous conduit fréquemment à nous poser la question de la réalisation d’une intervention en accord avec les...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Leucoplasie orale et imiquimod

Limiquimod (analogue nucléosidique de la famille des imidazoquinolines) est un immunomodulateur dont l’activité repose essentiellement sur son rôle de ligand...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Crête osseuse atrophiée et reconstruction pré-implantaire : greffe autogène ou xénogène

Depuis son avènement au début des années 80, l’implantologie moderne connaît un développement continu et exponentiel grâce à une meilleure...
Revue de presse

Quand l’alpinisme inspire l’orthodontie

L’objectif de cet article est de présenter, sous la forme d’un cas clinique, un nouveau dispositif d’ancrage postérieur mandibulaire par...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Presse internationale : rencontre avec les Drs Sylvie Lê, Sara Laurencin-Dalicieux et Charlotte Thomas

Article commenté Lê S, Laurencin-Dalicieux S, Minty M, Assoulant-Anduze J, Vinel A, Yanat N, Loubieres P, Azalbert V, Diemer S,...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Adhésifs universels, vieillissement et dégradations

Depuis le collage amélaire décrit par Buonocore en 1955 puis les premiers succès du collage dentinaire au tout début des...