Troubles respiratoires obstructifs du sommeil de l’enfant dans la population orthodontique : prévalence du risque positif et des associations

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Orthodontiste n°3 - 15 juin 2020
Information dentaire
Abtahi S, Witmans M, Alsufyani NA, Major MP, Major PW. Pediatric sleep-disordered breathing in the orthodontic population: prevalence of positive risk and associations. Am J Orthod Dentofacial Orthop. 2020 Apr;157(4):466-73.

Les troubles respiratoires obstructifs du sommeil (TROS) pédiatriques décrivent un spectre de maladies allant du ronflement au syndrome de résistance des voies aériennes supérieures et à l’apnée obstructive du sommeil (AOS).

Les caractéristiques anatomiques évaluées au cours de l’examen orthodontique sont souvent associées à des symptômes de TROS chez les enfants. C’est pourquoi il apparaît souhaitable de déterminer la prévalence d’un risque positif de TROS dans la population pédiatrique orthodontique par rapport à une population pédiatrique générale, et de connaître quelles comorbidités sont associées au risque de TROS chez les patients orthodontiques.

La prévalence du risque de TROS pédiatrique a été mesurée à 10,8 % d’une population orthodontique générale, soit plus du double de celle rapportée par des méthodes similaires dans une population pédiatrique saine.

Les réponses aux questionnaires sur le sommeil pédiatrique ont été recueillies auprès de 390 patients âgés de 5 à 16 ans en quête d’un traitement orthodontique. La prévalence du risque global de TROS, des ronflements habituels et de la somnolence a été déterminée dans la population orthodontique et comparée à celles précédemment rapportées par des méthodes identiques dans la population pédiatrique générale. Des informations supplémentaires sur les antécédents médicaux ont été utilisées pour évaluer les comorbidités associées à un risque de TROS chez 130 des patients.

Avec 10,8 %, la prévalence du risque positif de TROS s’est avérée sensiblement plus élevée dans la population pédiatrique orthodontique générale que dans une population pédiatrique saine (5 %). La prévalence des ronflements et de la somnolence dans la population orthodontique était respectivement de 13,3 % et 17,9 %. Parmi les comorbidités, l’énurésie nocturne (13,6 %), la surcharge pondérale (18,2 %) et le trouble du déficit…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Revue de presse

Empreinte conventionnelle ou numérique

La diversification de l’offre, l’évolution des performances des scanners intra-oraux, mais aussi la généralisation des matériaux prothétiques mis en forme...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Évaluer une dent avant un retraitement endodontique

En 2017, une équipe de cliniciens londoniens, ayant des compétences de spécialistes en prothèse, parodontologie et endodontie, a cherché à...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Sinus et chirurgie implantaire

Avec le développement de l’implantologie, les sinus maxillaires sont entrés davantage dans le champ d’intervention du chirurgien-dentiste. D’abord parce qu’ils...
Revue de presse

Une incisive humaine vieille de 70 000 ans

Une incisive humaine vieille de 70 000 ans a été retrouvée dans la grotte dite de « Coupe-Gorge » à...
Revue de presse

Article réservé à nos abonnés Santé parodontale et orthodontie : quelle méthode ?

Un beau visage est un avantage préférable à toutes les lettres de recommandation. » Cette citation d’Aristote résonne dans nos sociétés...
Revue de presse

Covid-19 et tests salivaires : quel enjeu pour les chirurgiens-dentistes ?

En santé publique, la mesure classique pour ralentir et enrayer le développement d’une épidémie consiste à détecter, tester, isoler et...