Vive la vaccination !

  • Publié le . Paru dans Parodontologie Implantologie Orale, un nouveau regard n°2 - 15 novembre 2021 (page 87-88)
Information dentaire

Après avoir eu 66 millions d’épidémiologistes l’année dernière, la France compte 66 millions de vaccinologues, capables de donner des avis autorisés sur l’efficacité, la sécurité et l’intérêt des vaccins anti‑Covid.
L’un des mérites de ces discussions passionnées est d’avoir rappelé les bénéfices majeurs apportés par la vaccination depuis plus d’un siècle, et notamment l’éradication de certaines maladies très graves comme la variole et la quasi‑éradication de maladies fréquentes graves ou invalidantes telles que, par exemple, la poliomyélite, la diphtérie ou le tétanos. À cette occasion, on a également évoqué la vaccination antigrippale et ses limites (nécessité d’une vaccination annuelle en raison des mutations du virus, efficacité souvent modérée, effets indésirables).

Pour le cardiologue, ce sujet a un intérêt particulier, car il existe des arguments sérieux pour penser que la vaccination antigrippale peut avoir un effet préventif réel sur la survenue d’accidents aigus cardiovasculaires, notamment d’infarctus du myocarde et d’accidents vasculaires cérébraux. On sait désormais que l’inflammation joue un rôle important dans la déstabilisation des plaques d’athérome et le déclenchement d’accidents artériels aigus, et on sait également que des infections virales, telles que la grippe, peuvent moduler la réponse inflammatoire.

Plusieurs essais de petite taille avaient suggéré un effet bénéfique de la vaccination anti­grippale sur la survenue d’infarctus du myocarde, mais une incertitude demeure. Pour répondre à cette question de façon claire, des investigateurs suédois ont mis sur pied un grand essai randomisé, l’essai IAMI : influenza vaccination after myocardial infarction, dont les résultats viennent d’être présentés lors du congrès de la Société européenne de cardiologie et sont publiés en ligne dans la revue Circulation [1]. Cet essai randomisé…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Santé publique

Janvier sobre : et pourquoi pas en 2022 ?

Le #DryJanuaryFR est de retour. Le Défi de Janvier, c’est ultra-simple : ne pas boire une goutte d’alcool à partir de...
Santé publique

Antibiotiques : baisse de consommation « inédite » en 2020

àl’occasion de la journée européenne d’information sur les antibiotiques du 18 novembre, les acteurs publics (gouvernement, ministère de la Santé, Santé...
Santé publique

Alcool : testez-vous avec l’alcoomètre

En plus d’une campagne de communication jusqu’au 28 novembre, l’Assurance maladie lance « l’alcoomètre », un site internet qui permet de renseigner sa consommation d’alcool,...
Santé publique

Protoxyde d’azote : les intoxications en forte hausse

L’agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) alerte sur « très nette augmentation des cas d’intoxication » au protoxyde d’azote en 2020. Et...
Santé publique

Plus de 3,5 millions de diabétiques en France

En France en 2020, plus de 3,5 millions de personnes sont traitées par médicament pour un diabète, soit 5,3 % de la population, indique...
Santé publique

Le bruit au cabinet dentaire : enquête auprès des assistantes

Dans le cadre d’une thèse universitaire, l’Unité d’investigation clinique d’odontologie du CHU de Nantes et l’UFSBD lancent une enquête auprès des assistant(e)s dentaires...