20 ans de CFAO

  • Par
  • Publié le . Paru dans Stratégie Prothétique n°4 - 15 septembre 2019 (page 308-316)
Information dentaire
Quelle a été l’évolution du numérique au laboratoire de prothèse ?
Comment se sont développés et démocratisés les systèmes d’empreintes optiques ?
Quelles sont les perspectives d’avenir ?

Durant ces vingt dernières années, les stratégies prothétiques, tant au laboratoire de prothèse qu’au cabinet dentaire, se sont affirmées comme étant résolument des stratégies orientées vers le numérique. L’objectif étant d’améliorer la précision de certaines étapes techniques, comme c’était le cas dans le monde industriel.

Il y a vingt ans, pour accéder à la CFAO, on pouvait distinguer deux démarches parallèles : au laboratoire de prothèse, la numérisation des moulages ou des empreintes s’effectuait dans des scanners de table. Au cabinet dentaire, suivant l’idée directrice des travaux de François Duret, c’était faire une empreinte numérique, puis concevoir et fabriquer sur place des éléments prothétiques unitaires [1]. Nous verrons que par la suite, ces deux stratégies se sont rejointes pour mieux se compléter.

Dans les laboratoires de prothèses

Au début des années 1990, la solution de numérisation retenue est une technique de palpation qui s’adresse à des restaurations unitaires. Les empreintes sont moulées et sectorisées. Le premier système pour laboratoire fut une variante du système français Hennson (seule une vingtaine de cabinets s’équipèrent).

Il fut suivi par un système connu sous le nom de Procera, mis au point par Andersson et coll. [1]. Le procédé est lancé par Nobel Pharma, qui en assurera la commercialisation en 1993 après les tests cliniques d’usage. Il est présenté comme un procédé pour la fabrication de couronnes en titane par électroérosion. Le travail se fait au départ totalement à Göteborg, en Suède (le prothésiste envoie ses modèles). La tête de lecture du palpeur est ensuite miniaturisée pour intégrer des machines à la portée des laboratoires et traiter les céramiques [2].

Dans un premier temps, le modèle positif unitaire (die) est détouré puis est placé dans la machine sur un plateau rotatif. Un palpeur est déplacé verticalement en gardant le…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

CFAO

CFAO et implantologie : de la planification à la chirurgie implantaire

Le positionnement tridimensionnel d’un implant n’est pas uniquement conditionné par le volume osseux disponible et les structures anatomiques bordant l’édentement,...
CFAO

Reconstruction complexe : optimisation de la phase transitoire par CFAO

La conception et fabrication assistées par ordinateur s’invitent de plus en plus dans notre exercice quotidien. En effet, l’évolution considérable...
Biomatériaux CFAO

La céramique infiltrée de polymère (PICN) pour des connexions implantaires esthétiques à embase titane : un biomatériau d’avenir en CFAO

Une réhabilitation prothétique implantoportée est très différente d’une restauration dentoportée. En effet, celle-ci nécessite la superposition et l’assemblage de plusieurs...
CFAO

Il était une fois la CFAO…

Avant les ordinateurs Quelques rappels historiques : – 1960 : la conquête de l’espace entre les super puissances est lancée par...
CFAO

L’apport de la CFAO en prothèse amovible partielle à châssis métallique

Acquisition Depuis près de quarante ans, les avancées technologiques ont permis l’essor de la Conception et Fabrication assistées par ordinateur...
CFAO

Table-tops et overlays par CFAO directe : quand et comment ?

Les patients présentant des situations avancées d’usures et d’érosions dentaires plurales sont de plus en plus nombreux à venir nous consulter....