Armature titane et prothèse fixée

  • Par
  • Publié le . Paru dans Stratégie Prothétique n°2 - 15 avril 2018 (page 89-95)
Information dentaire
Quels sont les procédés de mise en forme du titane ?
Quelle est l’aptitude du titane à la liaison céramo-métallique ?
Quel est le recul clinique de l’utilisation de ce matériau ?

Le titane est un matériau fréquemment utilisé en dentisterie pour ses propriétés physico-chimiques en adéquation avec une utilisation clinique : biocompatibilité, bonne résistance à la corrosion, faible densité (matériau léger), résistance mécanique, radio-opacité. C’est le biomatériau le plus répandu pour la fabrication des implants dentaires. Dans les années 1970, le titane a ouvert de nouvelles perspectives en odontologie, grâce à Brånemark : les implants dentaires ont révolutionné le traitement de l’édentement. Le titane est utilisé sous forme d’alliage, deux compositions dominent le marché : le titane dit « commercialement pur », décliné en quatre grades présentant un taux d’oxygène croissant qui améliore sa résistance, et l’alliage Ti-6Al-4V, destiné également au marché de l’aéronautique.
 
Bien que moins fréquemment choisi par rapport aux alliages précieux ou non précieux (nickel-chrome ou cobalt-chrome), le titane représente une alternative pour la réalisation des armatures en prothèses fixées unitaires ou plurales. Des essais de fabrication d’armatures prothétiques en titane ont été réalisés depuis les années 1980. Ces dernières ont été coulées pour être ensuite recouvertes de céramique (émaillage). Malheureusement, de nombreux problèmes ont été rapportés au moment de la coulée du titane ou de la stratification de céramique.
Dans les années 2000, la CFAO se développe et exerce une forte influence sur la fabrication des restaurations prothétiques dentaires, dont les premières ont justement été réalisées en titane. Malheureusement, malgré ces progrès technologiques, ce matériau n’a pas vraiment réalisé de percée dans le domaine des armatures de prothèse fixée. Les données disponibles sur les performances et les résultats cliniques des restaurations céramiques sur armatures en titane CFAO restent insuffisantes. Cet article se propose de faire un état des lieux…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Prothèse fixée

Article réservé à nos abonnés La prothèse fixée implantaire : scellée ou vissée ?

La prothèse scellée Le scellement de restaurations sur des piliers implantaires demeure une solution très intéressante (fig. 1). Cette technique reprend...
Prothèse fixée

Article réservé à nos abonnés Réhabilitation totale fixée maxillaire en contexte crestal très déficient

Les patients totalement édentés au maxillaire peuvent souhaiter une prothèse fixe plutôt qu’une prothèse amovible. Malheureusement, le volume osseux peut...
Prothèse fixée

Article réservé à nos abonnés Prothèse fixée plurale ou implantaire : j’extrais, je comble ?

Après extraction d’une dent, il se met en place trois types de phénomènes. Tout d’abord, à court terme se déclenche...
Prothèse fixée

Article réservé à nos abonnés Prothèse fixée implantaire : scellement ou vissage ?

En odontologie, s’il existe certains sujets à discussion, nul doute que celui-ci en fait partie [1] ! Les habitudes de...