Atrophie maxillaire extrême

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire (page 18-22)
Information dentaire
La réhabilitation prothétique maxillaire implanto-portée ou implanto-stabilisée nécessite des volumes osseux suffisants pour l’ancrage implantaire. L’atrophie de l’os maxillaire nécessite parfois une chirurgie de reconstruction.

A propos d’un cas clinique

La chirurgie pré-implantaire est bien décrite [1] et peut consister en des greffes d’apposition et/ou des comblements sinusiens avec des résultats prédictibles. Ainsi, dans certains cas de résorptions extrêmes, le maxillaire en « coquille d’œuf » peut être reconstruit en prenant « en sandwich » l’os basal prémaxillaire entre les greffes des fosses nasales et du rebord alvéolaire. La chirurgie de comblements sinusiens réalisée seule permet d’éviter les greffes d’apposition et leur risque d’exposition et permet le port de la prothèse dès la fin de l’intervention. L’augmentation osseuse est donc limitée à la zone prémolo-molaire et ne concerne pas le prémaxillaire. Dans ce cas, la solution alternative au bridge transvissé est la réalisation d’une prothèse amovo-inamovible dite « télescope ». Il s’agit d’une prothèse emboîtée par friction sur des piliers, donc quasi fixe. Ses avantages sont l’absence de faux palais et la possibilité pour le patient de la retirer pour son entretien.

Elle apporte tout le confort des bridges fixes en offrant en plus des facilités pour l’hygiène des piliers. Le positionnement des implants (six implants au maxillaire) est très exigeant. Ils doivent être parallèles et sur la même ligne de part et d’autre. Les étapes prothétiques sont les mêmes que pour la réalisation d’un bridge transvissé, en dehors de l’essayage des piliers et des cônes. Elle nécessite de la part du laboratoire de prothèse d’usiner les piliers à zéro degré afin que les cônes en or (partie femelle) viennent s’emboîter sans difficulté sur les piliers. Nous rapportons ici le cas d’une patiente de 65 ans qui présentait un édentement maxillaire et mandibulaire complet traité par cette méthode.

Observation

La patiente de 65 ans, édentée complète depuis de nombreuses années et présentant un lichen plan buccal, est adressée par la consultation de dermatologie buccale. Elle…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Implantologie

Article réservé à nos abonnés Le défi du sourire gingival approche prometteuse de la toxine botulique

RÉSUMÉ Contexte Face à une société où la quête du beau est omniprésente, les patients cherchent de plus en plus...
Implantologie

Article réservé à nos abonnés Utilisation de grille en titane pour une régénération osseuse prévisible dans le secteur maxillaire antérieur : un rapport de cas

RÉSUMÉ La perte d’une dent à la suite d’un traumatisme peut engendrer une résorption osseuse importante qui nécessite souvent un...
Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés Association sinus lift et ROG en un seul temps opératoire : cas clinique

Situation initiale Patient de 55 ans adressé pour une augmentation de volume osseux dans le secteur maxillaire postérieur gauche. Les...
Implantologie

Article réservé à nos abonnés SUI 2024, une rencontre universitaire autour de l’implantologie

Au cours d’une journée très dense, chaque intervenant représentant son Diplôme Universitaire a pris la parole pour présenter un cas...
Implantologie

Article réservé à nos abonnés Préservation alvéolaire : la « Socket Shield Technique »

RÉSUMÉ Les exigences grandissantes des patients nous ont conduits à modifier notre pratique. Le principe de gradient thérapeutique, bien connu...
Implantologie

Article réservé à nos abonnés Intérêts des piliers de cicatrisation Iphysio dans la gestion du profil d’émergence en implantologie

Les critères de succès de l’ostéointégration sont définis depuis des décennies (immobilité de l’implant, pas de radio transparence autour de...