Attitude de l’orthodontiste face aux dents permanentes traumatisées

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Orthodontiste n°5 - 15 décembre 2017
Information dentaire
Avec une prévalence de 10,8% avant la mise en œuvre d’un traitement [1], les traumatismes dento-alvéolaires sont un phénomène fréquemment rencontré en cabinet d’orthodontie et face auquel l’attitude à tenir est parfois incertaine : la dent traumatisée peut-elle être déplacée ? Si oui, combien de temps après le traumatisme ? Quelle doit-être la fréquence des rendez-vous de contrôle et pendant combien de temps ?

Traumatismes des tissus durs coronaires

Précautions à prendre avant le début du traitement orthodontique (fig. 1)

Il est indispensable de :
– s’assurer de l’absence de dommages parodontaux collatéraux et de la vitalité pulpaire ;
– restaurer la dent fracturée et s’assurer de l’étanchéité de la restauration (absence de coloration marginale ou de mobilité du fragment restauré) ;
– s’efforcer, lors du collage de l’attache, d’étendre la surface du collage sur le segment coronaire non fracturé [2-4].

Précautions à prendre avant le début du traitement orthodontique

Il est indispensable :
– de vérifier, lors du collage de l’attache, que la reconstitution corono-radiculaire assure une bonne étanchéité cervicale ;
– que le ligament parodontal soit complet ;
– que la dent soit asymptomatique ;
– que sa mobilité reste dans des limites normales [3, 4].

Précautions à prendre pendant le traitement orthodontique

Il est indispensable que :
– l’application de la force soit d’intensité proportionnelle à la longueur radiculaire résiduelle ;
– le traitement soit le plus court possible ;
– la continuité de la vitalité pulpaire soit surveillée cliniquement et radiographiquement [5].
Rôle actif de l’orthodontiste dans leur prise en charge : l’égression orthodontique (fig. 2)
L’égression orthodontique a pour objectif le respect de la distance biologique en cas de reconstitution conservatrice ou prothétique. C’est une alternative à la chirurgie parodontale d’allongement coronaire. Elle présente l’avantage de ne pas perturber l’alignement des collets mais diminue la longueur radiculaire intra-osseuse et le diamètre mésio-distal du profil d’émergence [6].

Luxations des dents permanentes

Précautions à prendre avant le début du traitement orthodontique :

– évaluation à 3 mois des signes cliniques et radiographiques…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

ODF

Article réservé à nos abonnés L’assemblage collé en orthodontie (Partie 2) : Adhésion à l’émail

Depuis les travaux de Buonocore, suivis de ceux de Newman et Miura, puis l’introduction de la technique du mordançage acide...
Biomatériaux ODF

Article réservé à nos abonnés L’assemblage collé en orthodontie (partie 1) : définition et données actuelles

Les travaux de Buonocore en 1955, puis ceux de Bowen en 1965 ont ouvert la voie du collage d’attaches orthodontiques...
ODF

Article réservé à nos abonnés Gestion de la « période de contention » chez l’adulte

Ne pas confondre dispositif de maintien et période de contention Le dispositif de maintien est la pièce maîtresse de la...
ODF

Article réservé à nos abonnés Recommandations sur la contention

Hétérogénéité des pratiques [2] Les pratiques sont nombreuses et variées. En effet, la gouttière thermoformée est plébiscitée et utilisée au...
ODF

Article réservé à nos abonnés Spécificités de la contention en cas de parodontite

Les parodontites sont des pathologies d’origine bactérienne, aggravées par de nombreux facteurs (tabac, génétique, hygiène…) [1] et conduisant à une...
ODF

Article réservé à nos abonnés Approches multiples et variées pour contenir l’espace des incisives latérales absentes

Paramètres particuliers à prendre en compte Voici quelques aspects importants de la contention dans les cas d’agénésie des incisives latérales...