Avulsion de molaires mandibulaires

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire

Tableau 1 - Les différentes échelles d’évaluation de la douleur

Information dentaire
L’obtention d’une analgésie complète reste au centre des préoccupations du praticien. Les techniques d’anesthésie, quelles qu’elles soient, ne sont pas efficaces dans 100 % des cas. Et cela est encore plus vrai pour l’analgésie des molaires mandibulaires. La plupart des auteurs sont partagés quant à l’efficacité de certaines techniques d’anesthésie, notamment la para-apicale dans ce secteur. L’étude présentée ici vise à évaluer le taux de succès de l’anesthésie para-apicale lors de l’avulsion de dents postérieures mandibulaires pour déterminer si celle-ci, seule, est suffisante et dans quel contexte.

L’anesthésie para-apicale suffit-elle ?

La suppression de la sensation douloureuse lors de l’exodontie est un impératif incontournable si l’on veut éviter au patient « une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable » [1]. Malgré toutes les précautions prises, l’anesthésie des secteurs postérieurs mandibulaires demeure délicate.
S’il est maintenant admis que, dans le cas de la molaire mandibulaire, l’anesthésie de choix est l’anesthésie loco-régionale à l’épine de Spix [2], l’indication de l’anesthésie para-apicale dans ce secteur reste quant à elle sujette à débat. En effet, malgré certains succès rapportés, l’anesthésie para-apicale y est aléatoire en raison de l’épaisseur des corticales osseuses qui limite la diffusion des solutions anesthésiques [3].
Rood [4] témoigne juste d’une amélioration de l’anesthésie à la suite d’une injection para-apicale, qu’il attribue à un blocage des nerfs accessoires différents du nerf alvéolaire, ce qui conduit à poser la question suivante : l’anesthésie para-apicale seule peut-elle être suffisante dans le cas de l’avulsion des dents postérieures mandibulaires ?
L’étude présentée dans ces pages vise donc à évaluer, en fonction du contexte clinique (inflammatoire ou infectieux), le taux de succès de l’anesthésie locale para-apicale à l’aide d’articaïne lors de l’avulsion de dents du secteur postérieur mandibulaire en rapportant la douleur peropératoire décrite par 112 sujets. Elle se propose aussi d’établir un protocole opératoire en indiquant la technique d’anesthésie la plus appropriée en première intention lors de l’extraction de molaires mandibulaires.

Matériel et méthodes

Il s’agit d’une étude prospective sur une cohorte de 112 patients porteurs de dents sujettes à l’avulsion, réalisée de 2013 à 2015 en Gironde. Trois chirurgiens-dentistes y participent.
Les patients sont tous en bonne santé et ne prennent aucun antalgique. Sont exclus tous…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Anesthésie

Article réservé à nos abonnés Anesthésie électronique au Quicksleeper 5® et MIH : la clé de la réussite ?

3e lauréat 2020 : Caroline Leverd, Thomas Marquillier, Caroline Delfosse, Thomas Trentesaux Grand Prix : Comment garantir une anesthésie de qualité en 2020 ? Une première...
Anesthésie

Article réservé à nos abonnés Comment aborder l’anesthésie lors de la première consultation en odontologie pédiatrique ?

2e lauréat 2020 : Etienne Boulbin Grand Prix : Comment garantir une anesthésie de qualité en 2020 ? Une première ! Organisé...
Anesthésie

Article réservé à nos abonnés Le maximum de soins dans le minimum de séance : c’est possible, grâce à l’anesthésie ostéocentrale

1er lauréat 2020 : Linda Martin Grand Prix : Comment garantir une anesthésie de qualité en 2020 ? Une première ! Organisé...
Anesthésie

Article réservé à nos abonnés Le meopa au cabinet dentaire les réponses à mes interrogations

Indications Il est indiqué pour des analgésies de courte durée pour des actes douloureux, ou en cas de douleur légère...