Béance et éducation fonctionnelle

  • Publié le . Paru dans L'Orthodontiste n°2 - 15 avril 2022 (page 62-68)
Information dentaire

Propos recueillis par Sarah Chauty Spécialiste qualifiée en ODF, Maître de conférences à Lyon

L’observation concomitante de l’infraclusion antérieure et du déséquilibre labio-linguo-jugal au repos et lors des fonctions a fait couler beaucoup d’encre : quel est le rapport étiopathogénique entre forme et fonction… si, du moins, il en existe un ?

Nous interrogeons Sandrine Hermer qui prône l’éducation fonctionnelle.

Sandrine Hermer

Orthodontiste à Compiègne secrétaire générale de la Fédération française d’orthodontie (FFO). Ancienne présidente du Cercle d’étude et de prospective orthodonthiques garancière (CEPOG)

Je ne peux pas envisager de corriger une béance antérieure dans un contexte dysfonctionnel”

Quelles sont les difficultés de traitement de l’infraclusion ou de la béance antérieure ?

Sandrine Hermer : La béance antérieure est, plus que la majorité des dysmorphoses orthodontiques, ingrate à corriger et très sujette à récidive. Pourquoi ? parce que son étiologie est uniquement fonctionnelle. Et là est la question fondamentale qui nous divise, de l’œuf ou de la poule : la fonction crée-t-elle la forme ou la forme crée-t-elle la fonction ? Si nous corrigeons la forme, corrigeons-nous la fonction ? Si c’était le cas, il n’y aurait pas de récidive de ces béances antérieures.

Pourquoi le traitement conventionnel de l’infraclusion antérieure n’est-il pas toujours stable ?

S. H. : Voilà qui nous ramène à la première question. C’est dans le terme « conventionnel » que se situe toute la problématique. Selon une approche conventionnelle qui, comme je l’entends, repose sur des systèmes ne prenant pas en charge les fonctions, la forme crée la fonction… et c’est là que sont les principales causes de la récidive pour moi : la fonction crée la forme et non l’inverse. La langue exerce des forces de 500 g/mm2, la lèvre inférieure, entre 200 à 300 g/mm2, et pour déplacer une dent il suffit de 1,7 g/mm2 (conférences de Chris Farrel-Myobrace research)… et nous déglutissons entre 2 000 et 2 500 fois par 24 heures… la messe est dite (cas 1 : patiente handicapée. Il a été choisi de ne pas faire de multi-attache après ce traitement. Il est entendu qu’il s’agit d’un compromis thérapeutique).

Y a-t-il un âge idéal de traitement par éducateur fonctionnel ?

S. H. : Dans…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

ODF

Article réservé à nos abonnés Adapter sa stratégie thérapeutique aux caractéristiques de l’infraclusion antérieure

Comme le montrent les différents articles des deux numéros coordonnés par Sarah Chauty consacrés à l’infraclusion antérieure, les orthodontistes disposent...
ODF

Article réservé à nos abonnés Contention de l’infraclusion : vers de nouvelles approches

La stabilité de la correction de l’infraclusion est difficile : croissance résiduelle verticale qui s’exprime en fin d’adolescence, dysfonctions, voire persistance...
ODF

Article réservé à nos abonnés Fermeture de béance antérieure : quand la psychologie réoriente le protocole ortho-chirurgical initialement prévu

Fermeture de béance antérieure : quand la psychologie réoriente le protocole ortho-chirurgical initialement prévu Cas clinique En 2008, la patiente, âgée de 34 ans,...
ODF

Article réservé à nos abonnés Traitement orthodontique de l’infraclusie : que pouvons-nous attendre des ancrages osseux ?

Les infraclusies antérieures chez l’hyperdivergent constituent un challenge pour l’orthodontiste (fig. 1 a-c) [1]. Les approches thérapeutiques conventionnelles s’avèrent actuellement peu efficaces chez...
ODF

Article réservé à nos abonnés Gestion orthodontique des infraclusions antérieures

Les anomalies de la dimension verticale sont une des composantes essentielles des dysmorphies faciales et sont étroitement liées aux phénomènes...
ODF

Article réservé à nos abonnés L’infraclusion : point de vue du kinésithérapeute, Hélène Gil

Quelles sont les difficultés de traitement par kinésithérapie de l’infraclusion ou béance antérieure ? Hélène Gil : De nombreux articles [1-2] relatent le rapport...