Chéilites exfoliatives chroniques

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°43 - 11 décembre 2019
Information dentaire
Les chéilites exfoliatives sont un motif de consultation en raison de leur caractère affichant, plus ou moins douloureux. Ce sont des chéilites superficielles caractérisées par des squames et des croûtes d’origine traumatique, inflammatoire, allergique, infectieuse ou idiopathique. Le diagnostic étiologique repose avant tout sur un interrogatoire minutieux associé le plus souvent à des examens complémentaires afin de déterminer la cause.

Les chéilites exfoliatives sont un motif de consultation en raison de leur caractère affichant, plus ou moins douloureux. Ce sont des chéilites superficielles caractérisées par des squames et des croûtes d’origine traumatique, inflammatoire, allergique, infectieuse ou idiopathique.
Le diagnostic étiologique repose avant tout sur un interrogatoire minutieux associé le plus souvent à des examens complémentaires afin de déterminer
la cause.

Cas 1

Motif de la consultation. Patiente de 26 ans venue consulter pour une chéilite douloureuse avec une sensation de brûlures présente depuis 4 mois.

Histoire de la maladie. La patiente décrivait la présence régulière de « croûtes » brunâtres sur le bord vermillon des lèvres. Elle avait consulté son médecin généraliste qui lui avait prescrit des émollients et des antifongiques locaux, sans effet.

Interrogatoire. Il ne mettait pas en évidence d’antécédents médicaux en dehors d’un asthme dans l’enfance qui s’était progressivement résorbé. Il n’y avait pas de pathomimie, la patiente avait arrêté l’application de rouge à lèvres, aucune exposition climatique n’était mise en évidence, et il n’y avait aucun traitement en cours. La patiente avait régulièrement changé de dentifrice, mais sans effet sur la chéilite. Enfin, l’interrogatoire révélait l’utilisation journalière d’une gourde métallique pour éviter l’usage du plastique.

Examen clinique. Il montrait la présence de croûtes superficielles jaunâtres et brunâtres sur le bord vermillon des lèvres supérieure et inférieure, associées à une perlèche gauche. L’examen de la partie cutanée des lèvres était normal, de même que l’examen endobuccal.

Examens paracliniques. Les bilans infectieux bactérien, viral et mycologique étaient négatifs. En revanche, les patchs tests réalisés devant la suspicion d’allergie au métal de la gourde révélaient la présence d’une allergie…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Dermatologie buccale

Maladies héréditaires et lésions blanches

Cas 1 Motif de la consultation. Patiente de 22 ans venue pour un examen dans le cadre d’une suspicion de...
Dermatologie buccale

Des papules sur la muqueuse jugale

CAS 1 Motif de la consultation Patiente de 32 ans venue consulter pour la découverte fortuite de « taches » jaunes dans...
Dermatologie buccale

Méfiez-vous des kératoses idiopathiques !

Cas 1 Motif de la consultation. Patiente de 31 ans venue consulter après la découverte, lors de soins d’hygiène bucco-dentaire, d’une...
Dermatologie buccale

Lésions lichénoïdes induites

Les lésions lichénoïdes induites sont des lésions qui simulent, sur le plan clinique ou histopathologique, un lichen plan, mais qui...
Dermatologie buccale

Pour les lèvres : maîtriser la technique d’injection

Certaines patientes souhaitent donner un peu plus de volume à leurs lèvres ou effacer les rides d’amertume en réalisant des...
Dermatologie buccale Odontologie pédiatrique

Tumeurs de la petite enfance

Cas 1 Motif de la consultation Enfant de 2 ans, adressé pour une tumeur linguale apparue en quelques semaines. Histoire...