Cl II2 adulte avec fragilité dentaire

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Orthodontiste n°3 - 15 septembre 2014 (page 26-30)
Information dentaire
Nous revenons sur un cas pluridisciplinaire adulte dont la finition cosmétique a été réalisée et déjà présentée par le Dr S. Felenc (1). Le but de cet article clinique est d’insister sur les phases d’orthodontie et de chirurgie orthognathique qui ont précédé la phase prothétique afin qu’elle soit la plus économe possible du point de vue tissulaire. Nous montrerons que cette stratégie a servi la réalisation des objectifs esthétiques, fonctionnels et de stabilité aussi bien sur le plan squelettique que dentaire.

Préliminaire ortho-chirurgical à l’amélioration cosmétique dentaire

Motif de consultation et histoire de la maladie

Cette patiente âgée de 39 ans, désireuse d’améliorer son sourire et son confort articulaire mandibulaire, nous est adressée par son chirurgien-dentiste le Dr S. Felenc. En effet, ce dernier ne peut proposer une réhabilitation cosmétique du guide incisivo-canin fonctionnelle, pérenne et non mutilante, sans orthodontie. Comme il l’explique dans une précédente publication, sur cette situation clinique, la phase prothétique doit être aussi économe que possible du point de vue tissulaire (1). Et ici, le faible espace prothétique disponible lié à la classe II division 2, la forte abrasion et la faiblesse amélodentinaire sont associés à un désordre plus global des bases osseuses.
Cette patiente présente toutes les caractéristiques d’une classe II division 2 primitive dont l’empreinte génétique s’exprime par une hypodivergence mandibulaire sévère sans réel décalage sagittal, mais avec un important développement basal antérieur du corpus mandibulaire et cette forte projection symphysaire caractéristique. De plus, on retrouve « le syndrome de petites dents dans de larges maxillaires » décrit par Peck et al (2).
Le préjudice esthétique vient de la concavité du profil accentuée par la profondeur nasale, l’ouverture de l’angle naso-labial et la proéminence du menton. Les lèvres sont fines et tendues. L’inclinaison vestibulo-linguale, le recul et la petitesse des dents ne soutiennent pas les lèvres lors du sourire de profil. De plus, le sourire est gingival et laisse apparaître le torque radiculo-vestibulaire excessif des incisives et des canines maxillaires, d’où leur peu d’éclat, aggravé par des restaurations au composite (fig. 1a-c et 2).



Les dents sont d’autant plus soumises à l’hypertonicité de l’enveloppe musculaire tant élévatrice que labio-jugale…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

ODF

Article réservé à nos abonnés La Matrice linguale active (MLA) : traitement fonctionnel de la posture et de la fonction linguales

Rôle de la langue dans la croissance La langue, par ses appuis au repos et en fonction, a un rôle...
ODF

Article réservé à nos abonnés Correction de l’infraclusion avec les mini-implants d’ancrage

Il est aujourd’hui possible de contrôler parfaitement la zone postérieure de l’arcade. Les possibilités d’ingression molaire, comme de recul, ont...
ODF

Article réservé à nos abonnés Béance et éducation fonctionnelle

Sandrine Hermer Orthodontiste à Compiègne secrétaire générale de la Fédération française d’orthodontie (FFO). Ancienne présidente du Cercle d’étude et de...
ODF

Article réservé à nos abonnés Gestion orthodontico-chirurgicale d’un cas de béance et importance de la prise en charge fonctionnelle

Les béances dentaires sont des malocclusions difficiles à traiter. Les troubles fonctionnels sont souvent à l’origine du problème, et leur...
ODF

Article réservé à nos abonnés Intérêt de l’avulsion précoce des canines temporaires maxillaires pour une évolution optimisée des canines permanentes

Orthopédie dento-faciale Le service d’Orthopédie dento-faciale est composé actuellement de 10 enseignants qui constituent une équipe dynamique et polyvalente (1 PU-PH,...
ODF

Article réservé à nos abonnés Alternative thérapeutique pour une classe II.2 hypodivergente chez l’adulte : distalisation maxillaire avec minivis

Grand Prix éditorial de l’Orthodontiste et Orthoplus 3e lauréat, catégorie adultes Dans le cas de classe II division 2, dysmorphie souvent associée...