Comment évaluer les contacts occlusaux en 2014 ?

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire (page 20-28)
Information dentaire
Quel que soit le stade de traitement, au moment du diagnostic ou des finitions prothétiques, le praticien est amené à contrôler la qualité des contacts occlusaux. Quels sont aujourd’hui les outils validés à sa disposition ?.

Pour objectiver les contacts occlusaux, le praticien peut avoir recours à l’inspection visuelle directe en vue vestibulaire ou sur moulages en plâtre, aux sensations du patient et plus traditionnellement au papier à articuler.

Le papier à articuler
Il se présente sous forme de bandelettes, rouleaux, ou de feuilles bifaces découpées en forme de fer à cheval. Il est composé de papier buvard avec un mélange de cire, d’huile, de pigments colorés et d’agents adhésifs. Son épaisseur peut varier de 10 à 300 μm [1] et son utilisation clinique nécessite une préparation des surfaces dentaires afin d’obtenir un marquage de bonne qualité (nettoyage, rinçage, séchage à l’aide d’un coton ou d’une compresse afin d’éliminer la plaque dentaire et le film salivaire) [1]. Les pigments colorés du papier sont transférés sur la surface dentaire sous la pression du contact occlusal, et ces marques peuvent revêtir différentes formes, une couleur plus ou moins sombre ou l’aspect d’un anneau avec un centre plus clair en « halo » [2].
Ces différents aspects dépendent non seulement de la qualité et de l’épaisseur du papier, de son support, de la composition de l’encre, de l’imprégnation salivaire, mais aussi de la force de morsure [3-8]. En fonction du nombre de morsures et de la manière dont le patient serre sur le papier à articuler, la couleur, la taille et la forme des marques varient (fig. 1).

De plus, son utilisation répétée réduit significativement la précision et la sensibilité [4]. Même lorsque ces papiers sont employés dans des conditions idéales, les marques ne sont pas reproductibles [2-5, 9, 10] et le papier à articuler est souvent sujet à des perforations ou des déchirures lors des mouvements de fermeture en intercuspidie [9]. D’autre part, sur un champ humide, l’encre peut diffuser, ou le papier peut se plier, par exemple par retour du papier occlusal…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés Contrôle de l’occlusion au quotidien : méthode traditionnelle et apport du numérique

Séance CNO Responsable scientifique : Mickaël Cotelle Intervenants : Nicolas Chateau, Ahmed Rabiey Méthode traditionnelle La gestion de l’occlusion, nécessaire pour garantir...
Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés Les DTM : comment ne pas passer à côté ?

Les dysfonctionnements temporo-mandibulaires (DTM) peuvent être définis comme des myo-arthro-pathies du système stomatognathique, parmi lesquels on distingue les DTM algiques...
Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés La Dimension Verticale d’Occlusion en 2023 : cadre décisionnel

La Dimension Verticale d’Occlusion (DVO) représente la hauteur de la partie inférieure du visage, le mouvement de fermeture étant stoppé...
Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés Les vrais critères de choix de la Dimension Verticale d’Occlusion thérapeutique : applications cliniques

À travers trois situations cliniques différentes, illustrées par une anamnèse, des examens cliniques et radiologiques, une réflexion est engagée pour...
Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés Contrôle orthodontique de la Dimension Verticale d’Occlusion chez l’adulte présentant une béance antérieure

Étiologie de la béance antérieure Dans la littérature, les classifications étiologiques de la béance occlusale antérieure sont variables en fonction...
Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés La dimension verticale en prothèse complète : approches conventionnelles et innovantes

Déterminer et enregistrer la Dimension Verticale d’Occlusion est encore aujourd’hui un élément essentiel dans les réhabilitations complètes. Le résultat obtenu...