Comment l’occlusion participe à la mastication

  • Par
  • Publié le . Paru dans Réalités Cliniques n°1 - 5 mars 2020
Information dentaire

La fonction d’ingestion est vitale. Elle commence par une phase orale dont l’importance est souvent sous-estimée tant en clinique qu’en recherche. Cette revue s’attache à décrire les différents états possibles de la fonction masticatoire, d’abord dans des conditions de bonne santé orale puis en présence de situations occlusales modifiées par exemple par l’usure dentaire physiologique ou dégradées comme lors de modifications pathologiques ou thérapeutiques de l’occlusion. Ainsi sont définies capacité masticatoire avec ou sans adaptation compensatoire, et incapacité masticatoire ainsi que les techniques disponibles pour évaluer cette fonction.

Physiologie de la mastication normale

L’ingestion commence par le choix d’un aliment et finit par le passage du sphincter œsophagien supérieur au moment de la déglutition. Le transit de l’aliment peut être interrompu lors de son passage en trois points de contrôle (checkpoints). Le premier contrôle est effectué lors de la sélection de l’aliment par la vue et l’odorat. Le second survient lors de l’analyse sensorielle déclenchée par la constitution d’une bouchée par les dents antérieures et par son transit vers les molaires. Le troisième contrôle est constitué par le contrôle de la déglutition elle-même. Un autre mode de description est donné à travers la description en quatre phases du transit dans la cavité buccopharyngienne [1]. La figure 1 associe ces deux points de vue.

1. Devenir de l’aliment, de sa sélection jusqu’à sa déglutition. L’aliment solide est tour à tour choisi, transformé en une bouchée, mastiqué puis dégluti. Ce processus peut être considéré de deux façons : soit du point de vue de son déplacement dans la bouche (étapes 1 à 4) [1], soit du point de vue de différents contrôles d’accès (points de contrôle 1 à 3).

Lors du premier contrôle, les individus expriment leur choix personnel au moment de l’achat ou quand l’aliment leur est proposé pendant le repas. Après cette sélection, les aliments solides ou semi-solides sont fractionnés par les dents antérieures ou avec les couverts de table puis sont transportés vers les dents postérieures (premier transport de Hiiemae et Palmer) [1]. Pendant cette phase, l’aliment est analysé par les récepteurs somesthésiques, gustatifs et olfactifs et peut être rejeté s’il est perçu comme trop dur, dangereux ou indésirable. Ceci constitue le deuxième contrôle qui, s’il est franchi, permet d’une part l’activation du centre de mastication et d’autre…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Occlusodontologie

Occlusion et bruxismes

Dans une revue traitant de différents aspects de l’occlusion dentaire, il semble normal d’évoquer les modifications des morphologies dentaires au...
Occlusodontologie

Occlusion, neurocognition et neuroplasticité

Alors que la grande majorité des patients s’adaptent rapidement aux modifications de leur occlusion dentaire indépendamment de leur type d’occlusion,...
Occlusodontologie

Relation entre l’occlusion et les dysfonctionnements temporo-mandibulaires : changement de paradigme

Les cliniciens et les chercheurs ont longtemps considéré l’occlusion comme étant l’un des facteurs étiologiques majeurs directs et/ou indirect, responsable...
Occlusodontologie

Résultats cliniques factuels des relations entre les dysfonctionnements temporo-mandibulaires, l’occlusion dentaire et la posture corporelle

Les dysfonctionnements temporo-mandibulaires (DTM) sont des conditions à multiples facettes dans lesquelles un certain nombre de facteurs interagissent (biomécaniques, neuro­physiologiques,...
Occlusodontologie

Évolution de l’occlusion au cours du vieillissement

On assiste depuis quelques années à une augmentation de l’espérance de vie [1]. Il est donc utile pour les chirurgiens-dentistes...
Occlusodontologie

Rôle de l’occlusion dans l’étiologie des maladies parodontales : revue de littérature

La parodontite est une maladie inflammatoire d’origine infectieuse multifactorielle, chronique, évolutive caractérisée par la destruction progressive des tissus parodontaux [1]....