Comprendre et prévenir les échecs endodontiques d’origine bactérienne

  • Par
  • Publié le . Paru dans Réalités Cliniques n°4 - 15 décembre 2016 (page 208-218)
Information dentaire
Résumé
La réintervention endodontique est nécessaire suite à un échec du traitement endodontique initial. Généralement, cet échec est la conséquence de la présence ou de la persistance de bactéries au sein du réseau canalaire. Lors de la réalisation d’un traitement endodontique, l’objectif est donc soit d’éviter une contamination initiale s’il n’existait pas de parodontite apicale initialement, soit de diminuer la charge bactérienne du réseau canalaire à un seuil acceptable permettant la cicatrisation de la Lésion Inflammatoire Périradiculaire d’Origine Endodontique (LIPOE) à l’origine du traitement initial. En cas d’échec, la question est donc de savoir pourquoi les bactéries n’ont pas été éliminées lors du traitement précédent ou bien pourquoi ont-elles pénétré secondairement ? La connaissance des stratégies bactériennes et de leur mise en place permet d’analyser les causes, de les traiter mais surtout de les prévenir. L’objectif de cet article est d’identifier, à chaque étape du traitement endodontique et de la restauration de la dent dépulpée, les risques possibles de contamination.

Implication clinique
L’échec endodontique doit faire l’objet d’une analyse de nos pratiques afin de comprendre pourquoi cet échec est arrivé et comment il aurait pu être évité. Si certains paramètres ne peuvent être contrôlés par le praticien, d’autres paramètres pré, per et postopératoires sont déterminants dans la réussite du traitement endodontique.

La réintervention endodontique est un acte nécessaire suite à l’échec d’un traitement endodontique initial. Cet échec est principalement la conséquence de la présence ou de la persistance de bactéries au sein du réseau canalaire [1]. L’échec endodontique d’origine infectieuse se traduit cliniquement par la présence d’une parodontite apicale aiguë ou chronique et radiographiquement par une image radioclaire signant une inflammation périradiculaire consécutive à la présence de bactéries au sein du canal. Lors d’une infection endodontique, nous savons qu’il est illusoire de chercher à éliminer toutes les bactéries du réseau canalaire. Le but de tout traitement endodontique étant de prévenir ou de traiter la parodontite apicale [2], l’objectif du praticien sera donc soit d’éviter une contamination initiale s’il n’existait pas de parodontite apicale au préalable, soit de diminuer la charge bactérienne du réseau canalaire à un seuil acceptable permettant la cicatrisation de la lésion inflammatoire éventuellement à l’origine du traitement initial. En effet, les erreurs de procédures, telles que butée, perforations ou fracture instrumentale affectent surtout le pronostic lorsqu’une infection endodontique est concomitante. Bien gérées (voir article de Bronnec et Caron) et en l’absence d’infection endodontique, elles n’aboutissent pas systématiquement à un échec thérapeutique [3].

La zone stratégique à l’origine des échecs de traitement se trouve principalement dans les derniers millimètres apicaux du canal car c’est à ce niveau, près du foramen et des ramifications apicales, que les bactéries se concentrent [4, 5]. La question est alors de savoir pourquoi les bactéries n’ont pas été éliminées lors du traitement précédent ou bien pourquoi ont-elles pénétré secondairement ? Plusieurs réponses peuvent être apportées : soit l’antisepsie n’a pas été réalisée de façon optimale…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Endodontie

Article réservé à nos abonnés Les douleurs postopératoires sont-elles systématiques en endodontie ?

La gestion de la douleur est un aspect critique de toute pratique endodontique, puisque c’est fréquemment le seul critère d’appréciation...
Endodontie

Article réservé à nos abonnés Situations endodontiques complexes : jusqu’où aller en pratique généraliste ?

Une méta-analyse publiée en 2021 rapporte qu’un adulte sur deux dans le monde présente au moins une dent avec une...
Endodontie

Article réservé à nos abonnés Ergonomie en endodontie : élément accessoire ou essentiel du traitement ?

Souvent reléguée au rang de sujet accessoire, l’ergonomie se trouve pourtant au cœur de chacun de nos gestes. L’International Ergonomics...
Endodontie

Article réservé à nos abonnés Anatomie endodontique : savoir identifier les pièges et les prendre en charge

La connaissance des morphologies externe et interne des dents est indispensable pour déjouer les pièges de l’anatomie endodontique, facteurs d’échec...
Endodontie

Article réservé à nos abonnés Préservation de la vitalité pulpaire : peut-on être sûr de sa décision ?

Le coût biologique et économique des défauts dans la prise en charge des lésions carieuses profondes est aujourd’hui établi. Il...
Biomatériaux Endodontie

Article réservé à nos abonnés Apports des biomatériaux dans la gestion des perforations endodontiques

Perforation supra-osseuse (fig. 1) Les perforations supra-crestales sont la plupart du temps iatrogéniques et surviennent lors de la réalisation de la...