Consommation de boissons non alcoolisées et érosion dentaire

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire (page 23-30)
Information dentaire
L’érosion dentaire est un phénomène d’usure chimique, de diagnostic souvent délicat, qui se traduit par une perte irréversible de tissus dentaires. La prévalence de cette pathologie est en forte progression dans les pays industrialisés essentiellement du fait des habitudes alimentaires modernes.

Les objectifs de cet article sont :

– de montrer que, parmi ces habitudes alimentaires, la consommation répétée de boissons rafraîchissantes sans alcool (BRSA) (sodas, jus de fruits, limonades, boissons énergétiques et énergisantes, etc.), sucrées ou non, est le facteur de risque essentiel de développement de l’érosion dentaire ;

– de proposer une conduite à tenir permettant de prévenir l’évolution des lésions, car des moyens de prévention de l’érosion dentaire existent, mais leur diffusion auprès du public reste confidentielle.

L’érosion dentaire

Définition

L’érosion dentaire est définie comme une perte de tissu dentaire calcifié (émail, dentine, cément) causée par un processus chimique de déminéralisation, sans intervention de micro-organismes [1-7]. Il s’agit donc d’une lésion non carieuse.

Aspect clinique(fig. 1) [5, 7-9]

Les lésions érosives présentent des contours progressifs. L’émail sus-jacent est d’aspect mat ou satiné en raison du léger mordançage qu’il a subi. Lorsque les dents ont déjà été restaurées, l’obturation dentaire semble émerger en surcontour par rapport aux surfaces dentaires(fig. 2), car le matériau dont elle est constituée (hormis les ciments aux verres ionomères) n’est pas sensible à l’attaque acide. Cet élément est par ailleurs déterminant lors de l’établissement du diagnostic différentiel.

Diagnostic [7-9]

Plusieurs modes d’usure dentaire, dont l’érosion, peuvent être synchrones et interagir les uns avec les autres, ce qui rend le diagnostic clinique des érosions dentaires d’autant plus difficile(fig. 3 et 4).

• L’abrasion : c’est un endommagement de la substance dentaire ou d’un matériau restaurateur provoqué par l’interposition d’un…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Pathologie

Article réservé à nos abonnés Maladie de Parkinson et prise en charge bucco-dentaire

Recommandations pour la prise en charge au cabinet dentaire Identifier les patients (stade de la maladie, traitements suivis…) en se rapprochant...