Contention de l’infraclusion : vers de nouvelles approches

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Orthodontiste n°3 - 15 juin 2022
Information dentaire

La stabilité de la correction de l’infraclusion est difficile : croissance résiduelle verticale qui s’exprime en fin d’adolescence, dysfonctions, voire persistance des parafonctions. Sachant que l’infraclusion peut être liée à un excès vertical antérieur, à une insuffisance ramale postérieure ou bien les deux, le problème de la stabilité est à mettre en perspective avec sa difficulté de traitement (comme l’atteste ce double volume de l’orthodontiste consacré à la malocclusion).

Le traitement « gold standard » de l’infraclusion antérieure modérée à sévère est le protocole ortho-chirurgical. Néanmoins, de nombreux articles rapportent des résultats intéressants pendant le traitement actif avec des ancrages osseux par minivis ou miniplaques sur des cas de sévérité légère à modérée permettant une ingression molaire variant de 1,8 à 5 mm. Il existe cependant une récidive partielle allant jusqu’à un tiers des corrections initialement obtenues [1-3]. La surcorrection est donc conseillée.

De récentes publications proposent d’utiliser des ancrages osseux pour maintenir la correction obtenue à l’issue du traitement orthodontique actif, voire pour accompagner la croissance résiduelle [4].

Ancrages osseux

Des ancrages osseux sont installés en période de contention ou mettent à profit les minivis ou miniplaques qui avaient été mises en place pendant le traitement actif.

Deux possibilités sont déclinées selon l’étiologie et la localisation de la dysmorphose et l’effet attendu (égression antérieure ou ingression postérieure) : mise en place de minivis antérieures placées au tiers radiculaire entre incisives latérales et canines maxillaires et mandibulaires servant de support d’élastiques verticaux. Il s’agit là de l’évolution d’une proposition initiale de Sheridan [5] : utiliser des élastiques verticaux antérieurs en port nocturne reliant des boutons collés en palatin et en lingual…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

ODF

Article réservé à nos abonnés Le syndrome du fil, d’une détection précoce difficile au repérage aisé des cas sévères

Historique de la découverture du syndrome du fil (tableau 1) En 2007, Katsaros et al. [1] publient le rapport d’un cas...
ODF

Article réservé à nos abonnés Ressenti du patient après une chirurgie orthognathique

Matériel et méthodes Cette étude a été réalisée dans l’unité fonctionnelle d’Orthopédie Dento-Faciale (service d’odontologie, CHU de Lille), entre juin 2020 et...
ODF

Article réservé à nos abonnés Adapter sa stratégie thérapeutique aux caractéristiques de l’infraclusion antérieure

Comme le montrent les différents articles des deux numéros coordonnés par Sarah Chauty consacrés à l’infraclusion antérieure, les orthodontistes disposent...
ODF

Article réservé à nos abonnés Fermeture de béance antérieure : quand la psychologie réoriente le protocole ortho-chirurgical initialement prévu

Fermeture de béance antérieure : quand la psychologie réoriente le protocole ortho-chirurgical initialement prévu Cas clinique En 2008, la patiente, âgée de 34 ans,...
ODF

Article réservé à nos abonnés Traitement orthodontique de l’infraclusie : que pouvons-nous attendre des ancrages osseux ?

Les infraclusies antérieures chez l’hyperdivergent constituent un challenge pour l’orthodontiste (fig. 1 a-c) [1]. Les approches thérapeutiques conventionnelles s’avèrent actuellement peu efficaces chez...
ODF

Article réservé à nos abonnés Gestion orthodontique des infraclusions antérieures

Les anomalies de la dimension verticale sont une des composantes essentielles des dysmorphies faciales et sont étroitement liées aux phénomènes...