Correction de l’infraclusion avec les mini-implants d’ancrage

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Orthodontiste n°2 - 15 avril 2022 (page 30-52)
Information dentaire
L’infraclusion, qu’elle concerne la zone antérieure de l’arcade ou qu’elle intéresse également la zone postérieure, est, depuis toujours, pour l’orthodontiste, un véritable défi thérapeutique. D’origine squelettique ou purement alvéolaire, elle s’accompagne le plus souvent du jeu dysfonctionnel lingual dont l’impact délétère peut entraîner accentuation per-thérapeutique et récidive post-thérapeutique. Cette difficulté à obtenir la stabilité thérapeutique est d’autant plus sensible lorsque la fermeture est obtenue par égression antérieure, associant alors affinement parodontal et exposition excessive de gencive. L’utilisation des ancrages squelettiques mini-implantaires permet aujourd’hui de concevoir des protocoles biomécaniques différents avec une fermeture de la zone antérieure obtenue par mobilisation du plan d’occlusion dans son ensemble. Nous verrons quels protocoles peuvent être utilisés en fonction de la situation initiale du plan d’occlusion et de l’équilibre des hauteurs alvéolaires, tels que décrits par Enlow.

Il est aujourd’hui possible de contrôler parfaitement la zone postérieure de l’arcade. Les possibilités d’ingression molaire, comme de recul, ont largement été décrites au maxillaire comme à la mandibule. Si obtenir la correction d’une béance par fermeture des plans est souhaité, on cherchera :

• une rotation horaire maxillaire avec ingression molaire, l’incisive maxillaire étant contrôlée verticalement. Un schéma d’ancrage avec mini-implant entre 5 et 6 maxillaires et crochet antérieur court permet ce déplacement ;

• une rotation anti-horaire du plan d’occlusion mandibulaire par ingression postérieure ; le contrôle vertical incisif dépendant de la situation verticale de la ligne du sourire et de la divergence squelettique. Plus une auto-antéro-rotation mandibulaire est recherchée, plus l’incisive mandibulaire doit être contrôlée verticalement et antéro-postérieurement. En fonction de ces critères, on optera soit pour l’utilisation de TIM III tendues des 3 aux mini-implants maxillaires, soit pour un ancrage mini-implantaire mandibulaire postérieur. Chae et coll. [1] en 2019 décrivent les modalités de recul en masse de l’arcade mandibulaire par une étude par éléments finis : il en découle que la direction de traction antérieure détermine les modalités de déplacement ainsi que le contrôle vertical de l’incisive mais également que la mécanique « mini-implantaire » à action antéro-postérieure comporte une composante ingressante postérieure quasi systématique.

Il en résulte que lorsque l’on est en présence d’un schéma vertical mésodivergent ou hypodivergent avec une hauteur alvéolaire postérieure maxillaire plus élevée que la hauteur alvéolaire postérieure mandibulaire avec un sourire correctement exposé, un schéma d’ancrage maxillaire entre 5 et 6 pourra être appliqué en association avec des TIM III. Si la hauteur alvéolaire postérieure mandibulaire est la plus marquée…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

ODF

Article réservé à nos abonnés Le syndrome du fil, d’une détection précoce difficile au repérage aisé des cas sévères

Historique de la découverture du syndrome du fil (tableau 1) En 2007, Katsaros et al. [1] publient le rapport d’un cas...
ODF

Article réservé à nos abonnés Ressenti du patient après une chirurgie orthognathique

Matériel et méthodes Cette étude a été réalisée dans l’unité fonctionnelle d’Orthopédie Dento-Faciale (service d’odontologie, CHU de Lille), entre juin 2020 et...
ODF

Article réservé à nos abonnés Adapter sa stratégie thérapeutique aux caractéristiques de l’infraclusion antérieure

Comme le montrent les différents articles des deux numéros coordonnés par Sarah Chauty consacrés à l’infraclusion antérieure, les orthodontistes disposent...
ODF

Article réservé à nos abonnés Contention de l’infraclusion : vers de nouvelles approches

La stabilité de la correction de l’infraclusion est difficile : croissance résiduelle verticale qui s’exprime en fin d’adolescence, dysfonctions, voire persistance...
ODF

Article réservé à nos abonnés Fermeture de béance antérieure : quand la psychologie réoriente le protocole ortho-chirurgical initialement prévu

Fermeture de béance antérieure : quand la psychologie réoriente le protocole ortho-chirurgical initialement prévu Cas clinique En 2008, la patiente, âgée de 34 ans,...
ODF

Article réservé à nos abonnés Traitement orthodontique de l’infraclusie : que pouvons-nous attendre des ancrages osseux ?

Les infraclusies antérieures chez l’hyperdivergent constituent un challenge pour l’orthodontiste (fig. 1 a-c) [1]. Les approches thérapeutiques conventionnelles s’avèrent actuellement peu efficaces chez...