Dents permanentes immatures compromises : quelle décision thérapeutique ?

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Orthodontiste n°3 - 15 juin 2015 (page 54-63)
Information dentaire
Face aux incisives et molaires compromises chez l’enfant de 8 à 10 ans, la décision thérapeutique est difficile, tant les critères sont nombreux; il existe cependant quelques règles pour aider le praticien à faire le meilleur choix.

Les dents permanentes immatures le plus souvent délabrées ou compromises sont les premières molaires (parce que les plus exposées soit à la maladie carieuse, soit aux MIH : hypominéralisation molaires et incisives) et les incisives maxillaires (parce que les plus exposées aux traumatismes telles les fractures coronaires, coronoradiculaires voire les expulsions réimplantations…).
Dans ces situations, il y a trois attitudes thérapeutiques possibles chez ces enfants qui ont entre 7 et 10 ans : l’extraction immédiate obligatoire, le maintien sur l’arcade avec un pronostic réservé à court terme, la conservation de la dent avec un bon pronostic. Ceci est un premier paramètre important à prendre en compte : dent immédiatement condamnée, dent maintenable, dent conservable. Ensuite, de nombreux critères généraux peuvent intervenir dans la prise de décision : l’âge du patient, sa motivation aux traitements et à l’hygiène bucco-dentaire, une malocclusion associée, un encombrement maxillaire antérieur… Et des critères plus spécifiques à la dent délabrée : s’il s’agit d’une molaire : la présence ou non et la morphologie des troisièmes molaires, le nombre de molaires atteintes et leur situation ; s’il s’agit de dents antérieures : nombre d’incisives délabrées, importance du traumatisme. L’objectif de cet article est d’analyser les facteurs de décision propres à chaque dent compromise : molaire ou incisive, en fonction du pronostic de la dent et des facteurs environnementaux.

La molaire délabrée : conserver ou extraire ?

Avant de décider d’extraire une ou plusieurs molaires, il paraît nécessaire de se rappeler le rôle primordial de la première molaire dans la croissance et le développement des arcades dentaires et dans les fonctions occlusales. De par leur anatomie particulière tant au plan coronaire que radiculaire, leur situation dans l’arcade et les relations qu’elles entretiennent…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

ODF

Article réservé à nos abonnés L’assemblage collé en orthodontie (Partie 2) : Adhésion à l’émail

Depuis les travaux de Buonocore, suivis de ceux de Newman et Miura, puis l’introduction de la technique du mordançage acide...
Biomatériaux ODF

Article réservé à nos abonnés L’assemblage collé en orthodontie (partie 1) : définition et données actuelles

Les travaux de Buonocore en 1955, puis ceux de Bowen en 1965 ont ouvert la voie du collage d’attaches orthodontiques...
ODF

Article réservé à nos abonnés Gestion de la « période de contention » chez l’adulte

Ne pas confondre dispositif de maintien et période de contention Le dispositif de maintien est la pièce maîtresse de la...
ODF

Article réservé à nos abonnés Recommandations sur la contention

Hétérogénéité des pratiques [2] Les pratiques sont nombreuses et variées. En effet, la gouttière thermoformée est plébiscitée et utilisée au...
ODF

Article réservé à nos abonnés Spécificités de la contention en cas de parodontite

Les parodontites sont des pathologies d’origine bactérienne, aggravées par de nombreux facteurs (tabac, génétique, hygiène…) [1] et conduisant à une...
ODF

Article réservé à nos abonnés Approches multiples et variées pour contenir l’espace des incisives latérales absentes

Paramètres particuliers à prendre en compte Voici quelques aspects importants de la contention dans les cas d’agénésie des incisives latérales...