Des lésions verruqueuses et florides

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°27 - 7 juillet 2021 (page 35-37)
Information dentaire
Les lésions verruqueuses de la muqueuse buccale sont le plus souvent kératinisées. Elles peuvent être bénignes dans le cas des papillomes ou malignes. Parmi les lésions malignes, il faut distinguer un groupe nosologique particulier :
> le carcinome verruqueux et ses précurseurs l’hyperplasie verruqueuse et la leucoplasie verruqueuse proliférative,
> le carcinoma cunniculatum.
Ces lésions, qui ont longtemps été considérées comme des lésions précancéreuses obligatoires, doivent être considérées aujourd’hui comme des carcinomes de bas grade de malignité.

CAS 1

Motif de la consultation

Patient de 76 ans, insuffisant coronarien, traité par une endoprothèse (stent) et clopidogrel associé à de l’acide acétylsalicylique, consultant pour une lésion jugale gauche.

Histoire de la maladie

Patient adressé pour le diagnostic d’une volumineuse lésion jugale apparue plusieurs mois auparavant. Devant le caractère asymptomatique de la lésion, le patient a tardé à consulter.

Interrogatoire

Il révélait l’existence d’un lichen plan buccal ancien diagnostiqué une vingtaine d’années auparavant.

Examen clinique

On observait une lésion végétante, polylobée, kératinisée et étendue à la totalité de la joue, avec une extension gingivo-palatine homolatérale. Au niveau palatin, un réseau kératosique épais persistait, correspondant au lichen plan décrit par le patient.

Examen paraclinique

Une biopsie étagée a été réalisée. Elle a révélé une lésion papillomateuse exophytique et endophytique sans atypie cellulaire. En surface, il existait une couche orthokératosique et l’espace entre les papilles épithéliales était comblé de kératine. En profondeur, les massifs épithéliaux prenaient un aspect pachydermique et repoussaient les tissus adjacents sans véritable envahissement. Au niveau basal, les cellules avaient un noyau hyperchromatique et les mitoses étaient nombreuses mais normales. Le stroma était le siège d’un infiltrat lymphoplasmocytaire dense.

Synthèse

Il s’agissait d’un carcinome verruqueux diagnostiqué à partir des données de l’examen clinique et de la biopsie. Le carcinome verruqueux, autrefois appelé papillomatose orale floride, est une lésion qui ressemble, sur le plan clinique, à un chou-fleur. Il s’agit d’une lésion exophytique, qui a tendance à s’étendre en surface mais peu en profondeur. Cette lésion ne se complique pas d’adénopathie métastatique mais peut évoluer vers un carcinome…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés Kystes salivaires vrais ou faux ?

CAS 1 Motif de la consultation Patient de 44 ans venu consulter pour une lésion jugale postérieure gauche. Histoire de la maladie...
Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés Quand c’est noir, ça inquiète !

CAS 1 Motif de la consultation Patiente de 44 ans venue consulter sur les conseils de son dentiste traitant après la découverte,...
Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés Nodules gingivaux : ne pas oublier l’examen anatomopathologique

CAS 1 Motif de la consultation Patiente de 51 ans sans antécédent médical et chirurgical adressée par son parodontiste pour une lésion...
Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés Pathologies de la muqueuse buccale et douleur aiguë

Les pathologies de la muqueuse buccale sont des pathologies aiguës ou chroniques qui s’accompagnent, pour certaines d’entre elles, de douleurs...
Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés Des carcinomes épidermoïdes qui se cachent !

CAS 1 Motif de la consultation Patiente de 90 ans, toujours très alerte physiquement et mentalement, adressée par un chirurgien-dentiste pour une lésion...
Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés Amyotrophie et déviation linguale

Cas 1 Motif de la consultation Patiente de 75 ans, hypertendue, consultant pour des brûlures para-pharyngées et mandibulaires postérieures gauches. Histoire de la maladie...